Eddie toujours là, la mascotte iconique d’Iron Maiden se confesse

Iron Maiden

Article de Phil Freeman, publié le 14/07/2010 sur Cleveland Scene

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 8971 fois

La musique d’Iron Maiden est appréciée par des générations de headbangers. En 2010, ne soyez pas surpris si vous vous trouvez vous-mêmes assis entre un gamin de 17 ans et un vétéran de 47 ans à l’un de leurs spectacles. Mais si vous demandez aux fans comment ils en sont venus au groupe, il y a des grandes chances que la plupart d’entre eux vous dise quelque chose au sujet d’une couverture d’album excellente dans les bacs qui l’a amené à écouter ce que faisait ce groupe !

Sans aucun doute, Iron Maiden a l’une des plus belles discographies dans l’histoire de la musique, toutes les pochettes centrées sur Eddie, leur mascotte démoniaque et hargneuse. Des débuts du groupe en 1980 jusqu’à l’album à venir The Final Frontier, Eddie a été sur toutes les couvertures d’albums d’Iron Maiden, sur tous les singles et les T-shirts, portant des douzaines de costumes et déguisements différents. Il a été un pharaon égyptien (Powerslave, 1984), un commandant de tank militaire (A Matter of Life and Death, 2006) et un guerrier alien faisant une boucherie d’astronautes impuissants (The Final Frontier). Mais il a toujours été nettement distingué. L’agenda des tournées incessantes du groupe cet été empêche les membres de se poser pour une interview, mais Eddie a été plus qu’heureux d’être contacté.

Beaucoup de groupes de metal ont des mascottes mais très peu ont atteint ta longévité. Comment en es-tu venu à être associé à Iron Maiden au début ?

C’est vraiment surprenant. Cette chose chien/cochon de Motörhead existe depuis toujours, j’avoue. Ils la gardent dans une cage en coulisses. Et tu veux garder tes mains et tes pieds loin des barreaux, crois-moi. Tu penses que te tenir entre Lemmy et son Jack Daniel est risqué ? Essaie d’approcher cette bête. Et Megadeth a ce type avec un visage/crâne. Nous nous sommes rencontrés une fois ou deux. On ne s’est pas entendu. Il a la personnalité de Mustaine celui-là. Je ne sais pas ce que sont devenus les animaux robots de Judas Priest, l’aigle et cette chose lion/tank. Je regrette ces gars-là. Mais je suis vraiment une sorte de roi du ring. Pour répondre à ta question, j’étais à Londres, en train d’essayer de devenir un modèle masculin, mais ça ne marchait pas vraiment. Les « héroines chics » étaient à des années de ça, un mec avec mon physique était destiné à une vie de portes claquées dans la tronche, tu sais ? Même les punks et les goths ne voulaient rien avoir à faire avec moi. Mais alors ces gars m’ont repéré dans la rue et ont dit : « Nous recherchons désespérément une image et tu es parfait ! Sois sur notre couverture d’album ! » Et j’ai dit ouais, en pensant que ce serait comme un tremplin vers quelque chose de plus grand, tu vois ? Eh bien, 30 ans après, je suis là.

Quel est ton préféré parmi tous les costumes qu’ils t’ont mis ?

Et bien, je suppose que je devrais dire que j’aime le nouveau – c’est ce qu’un artiste est toujours censé dire, non ? Mais honnêtement, je pense que mon préféré était Powerslave. L’idée d’être adoré m’a vraiment plu. Celui-ci et Live After Death, où je jaillis de la tombe. Ils m’ont vraiment enterré tu sais ! Et je n’en ai pas l’air mais j’avais peur et je ne me sentais pas en sécurité comme n’importe qui d’autre, et d’être enterré vivant, ben, ça reste sacrément en haut de la liste, non ? Donc mes souvenirs positifs sur celui-ci sont pratiquement nuls jusqu’au moment de sortir de sous cette putain de terre ! Je te le dis, nous avons eu quelques discussions après ça, les membres du groupe et moi-même.

Et à propos des membres du groupe, n’y a-t-il jamais eu de tensions entre eux et toi, étant donné que tu es bien plus reconnaissable que la plupart d’entre eux ?

Oui, ils savent qui est le visage du groupe. Je m’explique, si tu vois une photo d’eux et que je n’y suis pas, tu te demanderas « Qui sont ces gars ? ». Ce sont juste cinq Anglais d’âge mûr, sortis directement d’un pub quelconque.

Six actuellement. Tu oublies le guitariste Janick Gers. Il est dans le groupe depuis 1990.

Ah oui, ce type. Tu sais, je n’ai jamais pensé que sa guitare était branchée. Il est toujours en train de bondir sur scène, virevoltant en cercles. Les premières tournées avec lui, j’ai pensé que c’était un genre d’acrobate saisonnier, franchement. Bon, pour répondre à ta question – non, non, tout va bien. J’ai vraiment regretté Bruce et Adrian lorsqu’ils sont partis et j’ai été heureux de leur retour.

As-tu une chanson préférée de Maiden ?

Eh mon pote, je ne prête pas attention à la musique. Je traine juste en coulisses en attendant mon tour. J’ai essayé d’écouter quelques fois mais quel enfer, certaines de ces chansons sont longues. The Rime of the Ancient Mariner — par Jésus, je pourrais la mettre, aller à un rendez-vous galant et revenir juste à temps pour le refrain final ! Non, non, je fais mon travail tout comme le reste de l’équipe. Je ne suis pas différent des gars qui portent les amplis, je suis juste plus reconnaissable.

Version originale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *