Two Years To Midnight

2 years to midnight

Compte-rendu de la soirée d’anniversaire d’IMF du 21 novembre 2008 à l’Espace B – Paris par scRed

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 5829 fois

Ahh ce qu’on est bien dans cette salle de l’espace B ! Petit club discret planqué au fond d’un café tout ce qu’il y a de classique, jamais on ne se douterait de ce qui peut se passer derrière cette porte au fond du couloir, là… et pourtant !

L’insonorisation est réussie car pendant que les clients habituels sirotent leur bière au comptoir en regardant un live de U2 sur l’écran LCD qui trône à l’entrée, au fond c’est l’enfer ! Ce soir, c’est le site Iron Maiden France qui régale pour fêter ses deux ans d’existence… Au programme, les groupes Ruskin Arms et Ed Hunters, des cover bands d’Iron Maiden, histoire de rester dans le thème. Qu’est ce qu’un cover band ? Un groupe qui se consacre uniquement à la reprise de titres d’un artiste en particulier, exercice pas si facile qu’il n’y parait… En effet, il faut avoir beaucoup de talent pour ne pas avoir l’air d’amateurs voire même être complètement ridicules ! Le boulot d’un cover band n’est pas de singer son groupe favori mais bel et bien de l’incarner pour le plus grand plaisir des fans qui se paient une tranche de rêve en écoutant la musique qu’ils aiment en concert dans une salle plus accessible que les stades où leurs idoles se produisent désormais.

Et en parlant d’incarnation, Ruskin Arms fait très fort ! Le groupe se propose de nous interpréter des morceaux issus des fameuses « Golden Years » d’Iron Maiden, soit la première partie de leur carrière, et dès le départ on a l’impression d’avoir Paul Di’Anno et Steve Harris devant les yeux ! Les deux Bruno rentrent dans la peau de leur modèles avec une aisance déconcertante et le résultat est plus que convainquant !

Wrathchild, The Trooper, Killers, les titres s’enchaînent et le public pogotte dans la bonne humeur ! Jean-Christophe distille ses solos avec une grande classe (on aimerait pouvoir en dire autant de Manu mais malheureusement le son de sa guitare est inaudible, problème inhérent à la salle…) Ruskin Arms surprend tout le monde avec des versions léchées de Rime of the Ancient Mariner ou Phantom of the Opera, des titres très difficiles d’exécution, et met le feu à la salle avec les classiques Number of the Beast, Iron Maiden et un Running Free spécialement dédicacé à Laurence, la boss du site, aux anges… enfin, façon de parler !

Petite pause clope en attendant la suite, le public se retrouve devant le troquet et échange ses impressions… Exit le conflit des générations ! Les vieux fans partagent leurs souvenirs de concerts, les plus jeunes s’extasient sur leurs albums préférés et revivent avec des étoiles dans les yeux les dernières prestations de la vierge de fer à Bercy en juillet dernier (tout en critiquant vertement le groupe de première partie qui suivait Lauren Harris, avec raison !) J’avoue être ravi de constater que Seventh Son of a Seventh Son reste un des chouchous des jeunes générations, c’est inattendu et réconfortant ! Mais bon, il fait super froid et on se rentre pendant que sur l’écran du bar U2 a cédé la place à Bryan Adams (choc des cultures).

C’est à Ed’Hunters de se charger de nous réchauffer avec un set consacré à la seconde partie de la carrière d’Iron Maiden. Je parlais d’incarnation tout à l’heure et Alain, le chanteur d’Ed’Hunters nous offre de fait un Bruce Dickinson plus vrai que nature ! « Scream for me Paris ! » Tout y est ! La voix, la gestuelle, le regard de tueur…

On se régale avec The Ghost of the Navigator, The Evil that Men Do, Fear of the Dark, je suis mort de rire pendant Blood Brothers devant la farandole de hardos velus bras-dessus bras-dessous et pendant These colours don’t run où Eddie fait une apparition remarquée en mitraillant le public avec une machine à fumée ! Du grand spectacle… Je passe sur les soucis techniques au moment où le groupe se lance dans un Losfer Words du meilleur goût car dans l’ensemble, tout le monde s’éclate. L’odeur très mâle qui règne dans la salle à chaque mouvement de foule en témoigne admirablement d’ailleurs !

Très beau moment lorsque Ed’Hunters se lance dans un Heaven Can Wait repris en chœur par un public conquis qui vient conclure cette soirée pleine de chaleur et de partage. Partage d’un amour commun pour la musique de nos Irons chéris, et partage de notre plaisir à remercier l’équipe du site Iron Maiden France pour tout le travail qu’ils font pour nous depuis deux ans déjà… Happy Birthday !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *