Somewhere in Time

Lu 30318 fois
Somewhere in Time

Somewhere in Time

29 juin 1986
Produit par Martin Birch
Chart position : 3

Commander sur Amazon.fr   Trouver sur eBay

  1. Caught Somewhere In Time (Harris)
  2. Wasted Years (Smith)
  3. Sea Of Madness (Smith)
  4. Heaven Can Wait (Harris)
  5. The Loneliness Of The Long Distance Runner (Harris)
  6. Stranger In A Strange Land (Smith)
  7. Deja-Vu (Murray/Harris)
  8. Alexander The Great (Harris)

Durée totale : 51 min 18s

Singles : Wasted YearsStranger In A Strange Land

Somewhere In Time Promo

Picture Disc

Somewhere In Time Picture

Intérieur CD réédition 1998

Somewhere In Time 1998

Dos CD réédition 1998

Somewhere In Time 1998

Description de la pochette

Somewhere In Time, ah, Somewhere In Time ! Certainement la pochette de Maiden sur laquelle Derek Riggs s’est le plus lâché sur les détails. Comme l’indique le titre de l’album, nous sommes quelque part dans le temps, dans un futur à la Blade Runner (film de de Ridley Scott), dans un lieu nommé Acacia Avenue, la rue où vit Charlotte The Harlot qui pourrait également être le quartier représenté sur Killers si l’on en croit la présence du Ruskin Arms et de ses fenêtres colorées. Charlotte se trouve d’ailleurs dans une chambre du 1er étage. Toutefois, des détails mêlent les Etats-Unis à l’Angleterre dans cette illustration futuriste.

Encore une fois le recto et le verso de l’illustration ne sont qu’une même et seule image. Au premier plan, par une nouvelle nuit de pleine lune, Cyber Eddie continue son carnage. Sa hache a évolué mais les méthodes sont les mêmes. Sa cyber victime, dont on ne voit que la main, rappel évident de celle du quidam assassiné sur l’album Killers, s’écroule au pied d’une affiche promotionnelle de l’album Iron Maiden comportant le tag Eddie Lives (Eddie vit), peut-être une référence au Live After Death qu’on retrouve dans l’éternel chat noir auréolé qui veille au pied d’une arcade entre les jambes du cyborg. Sur la droite, un lampadaire très similaire à celui de l’album Iron Maiden, avec sa poubelle, éclaire la scène.

Dos du LP

Somewhere In Time LP

Au dos de la pochette sont dessinés les membres d’Iron Maiden. Nicko porte son tee-shirt "Iron What?" (Réponse : "Iron Fuckin’ Maiden, that’s what!") et des lunettes d’aviateur, c’est probablement d’ailleurs à cette époque que Nicko a passé son brevet de pilote. Les tatouages de Steve Harris ne sont pas oubliés et Bruce Dickinson tient dans ses mains le cerveau d’Eddie (Piece Of Mind). Au-dessus d’eux, une trouée dans les nuages laisse une vue sur Saturne et ses anneaux tandis qu’au loin l’ombre de la Faucheuse se détache sur les pyramides de Powerslave.

Voilà pour les gros plans, passons aux nombreux détails maintenant, la liste, en vrac, n’en sera certainement pas exhaustive, des années après on en découvre encore !

– L’Œil d’Horus se réfère à la chanson Powerslave et à l’album du même nom

Somewhere In Time

– Pizza Hut : sans commentaire

Somewhere In Time

– A gauche, sur la vitrine du Bradbury Towers, une phrase à l’envers : "this was a very boring painting" qui signifie "c’était un tableau très ennuyeux". Derek Riggs fait sans doute référence aux trois mois que lui a pris l’illustration de cette pochette.

Somewhere In Time 

– Icare en train de chuter (Flight Of Icarus)

Somewhere In Time

– Le Bradbury Towers Hotel International fait référence à l’écrivain Ray Bradbury (Science-fiction) tandis que Maggie’s Revenge, la revanche de Maggie (Margaret Thatcher) inscrit sur les murs de l’hôtel, rappelle les pochettes de Women In Uniform et Sanctuary

– Upton Park, nom du terrain de l’équipe de foot de West Ham (nom officiel Boleyn Ground)

– Au-dessus de Bradbury Towers, il est inscrit en alphabet cyrillique kefir ou kephyr : lait fermenté à la russe ???

Somewhere In Time

– L’Hammerjacks est une boîte de nuit de Baltimore, USA, appréciée du groupe, et le Tehe’s Bar est le lieu où Iron Maiden ont recruté des gens pour faire les choeurs sur Heaven Can Wait

Somewhere In Time

– Batman est perché au-dessus de la pièce de métal symbole de la trépanation d’Eddie. Ce Batman pourrait en réalité être le fantôme de l’Opéra.

Somewhere In Time

– Sur la passerelle, défilent les résultats du match de foot West Ham, dont Steve Harris est fervent supporter, contre Arsenal, au-dessus d’une horloge indiquant 23:58 (2 Minutes To Midnight). A gauche, Herbert Ails se rapporte à Frank Herbert, l’auteur du roman Dune, source de la chanson To Tame A Land, tandis qu’à droite, l’Ancient Mariner seafood restaurant, restaurant de fruits de mer, en appelle bien sûr à The Rime Of The Ancient Mariner.

Somewhere In Time

– Sous la passerelle, le Métal Club propose à l’affiche Gypsy’s Kiss, le premier groupe de Steve Harris, et encore en dessous, le Phantom Opera House fait allusion au titre Phantom Of The Opera et domine une phrase qui rappelle les hiéroglyphes de Powerslave : "Bollocks again & again"

Somewhere In Time

– Sur la gauche de la passerelle, on distingue un bâtiment portant le nom d’EMI, le label du groupe depuis toujours, et juste devant, le Sanctuary Music Shop, rappel de Sanctuary Group qui, depuis sa création par Andy Taylor et Rod Smallwood en 1976, s’occupe de Maiden.

Somewhere In Time

Live After Death et Blade Runner passent au Philip K. Dick cinéma (Philip K. Dick  est l’auteur du roman Do Androids Dream Of Electric Sheep duquel est tiré Blade Runner)

Somewhere In Time

– Dans les tours de droite, on trouve le Long Beach Arena, la salle de concert où a été filmé le Live After Death, et dans celles de gauche, pêle-mêle, le Rainbow, lieu mythique des débuts du groupe, L’Amours Beer Garden, une salle de concert à Brooklyn (Iron Maiden y ont-ils jamais joué ?), une boîte de nuit nommée Sand Dune, en référence au morceau To Tame A Land, le Marquee Club, un autre lieu sacré pour le groupe, et le Aces High Bar que survole un Spitfire tout droit sorti de la chanson Aces High.

Somewhere In Time

– Dans le fond, la Tyrell Corporation est issue de Blade Runner de même que Dekker’s Department Store, Dekker étant le nom du personnage principal du film interprété par Harrison Ford

Somewhere In Time

– Asimov Foundation se rapporte à un roman de science fiction d’Isaac Asimov (Synopsis : "Ayant colonisé sa galaxie, l’humanité, qui a oublié sa planète d’origine, doit faire face à son avenir : sa décadence annoncée…")

Somewhere In Time

– Un smiley se trouve sur une des tours à l’arrière-plan

Somewhere In Time

– Enfin, un détail particulier, l’enseigne en hébreu sur la tour la plus à gauche du dos de la pochette "représente le « Nom de Dieu » et les lettres, de haut en bas sont respectivement Y-H-V-H. L’ancien hébreu ne comporte pas de voyelles, mais ce signe se prononce « Yahveh»" (Merci Maverick).

Somewhere In Time

– La signature de Derek Riggs se trouve tel un blason sur la poitrine d’Eddie.

Somewhere In Time Derek Riggs