En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous offrir un meilleur service ou encore à réaliser des analyses de fréquentation du site
En savoir plus J'accepte
  • Maiden France sur Facebook
  • Contact

Forum Iron Maiden France

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

En raison de nombreuses inscriptions de spammeurs sur le forum,
les inscriptions ne sont ouvertes qu'à la demande.
Contactez-moi

#1 23/09/2015 20:38:18

musky00Femme
Lieu : Le Plessis-Robinson (92)
Âge : 55
Inscription : 13/10/2006
Messages : 15 433
Site Web

Re : [Références] Montségur

Le 9/07/2008 par Elno

« Sur les portes et les murs de Montségur,
Du sang sur les pierres de la citadelle
Sur les portes et les murs de Montségur,
Du sang sur les pierres de la citadelle
Sur les portes et les murs de Montségur,
Du sang sur les pierres de la citadelle
Sur les portes et les murs de Montségur,
Du sang sur les pierres de la citadelle
»

[img align=C]https://templars.files.wordpress.com/2008/02/montsegur02.jpg[/img]

[small]Photo : Templar Globe[/small]

Dans les jours suivant le 16 mars 1244, un bà»cher dressé sur les flancs de la forteresse (certaines sources le situent près de Fanjaux) finit de se consumer. Plus de 200 cathares avaient été livrés à  ses flammes. Sans pour autant signer la fin de l'église cathare, ce massacre la désorganisa irrémédiablement.

Avant de tomber, la forteresse de Monségur a déjà  subi 3 sièges en 1212, 1213 et 1241. Tous ont été des échecs. Donc, en mai 1243 et sur l'ordre de Louis IX, Hugues d'Arcis, Sénéchal de Carcassone, et Pierre Amiel, Archevêque de Narbonne, conduisent 6 000 croisés au pied de Montségur.

Le 25 décembre, une petite troupe intrépide parvient à  escalader la montagne de nuit et se rend maître de la tour de guet. La forteresse est maintenant à  Â« portée de main ». Un trébuchet est assemblé et bombarde sans relâche les assiégés. A la fin du mois de janvier 1244, la barbacane (ouvrage avancé fortifié de la forteresse) tombe aux mains des croisés. La fin est proche. Les assaillants lancent un assaut qui est repoussé, mais les assiégés sont désormais trop faibles pour résister plus longtemps.

Le 1er mars, Pierre-Roger de Mirepoix, chef de la garnison de Montségur, décide de négocier la reddition de la forteresse. Il obtient la vie sauve pour ses soldats, les laà¯cs ainsi que pour les cathares qui renieraient leur foi. Le 16, la place forte ouvre ses portes aux croisés...

« Je me trouve seul dans cet endroit désolé,
Dans la mort, ils vivent vraiment
Innocence massacrée, une ignominie s'est produit,
Les anges brà»laient de l'intérieur
Des siècles plus tard je me demande pourquoi,
Quel secret ils ont emporté dans leur tombe
On brà»le toujours les hérétiques sous nos cieux,
La religion brà»le encore à  l'intérieur
»

Aujourd'hui, une stèle sur laquelle figure l'inscription : "Als catars, als martirs del pur amor crestian. 16 de març 1244", marque le lieu (supposé) du supplice.

Qu'entend-t'on par « cathare » ? L'Histoire retient le chanoine rhénan Eckbert de Schönau comme inventeur du terme. Son origine est grecque et signifie pur. Mais ne nous y trompons pas, l'Eglise a vu dès le départ le catharisme comme une hérésie. Qui plus est, les cathares ne se sont jamais considérés comme « Parfaits », « Parfaites » et encore moins « Purs », ce vocabulaire appartient à  l'Inquisition.

On peut résumer grossièrement ce culte en 5 points :

Dualisme :
A l'époque cathare, la chrétienté médiévale dans son ensemble pense le monde comme le lieu de combat entre les forces du Diable et celles de Dieu. Les cathares, eux, vont plus loin et considèrent que la réalité tangible est intégralement l'oeuvre du Mal, hormis les âmes, qui seules appartiennent à  la dimension divine, invisible et empreinte de toute bonté.

Ecritures Saintes :
Les cathares fondent leur religion sur la Bible, seul écrit reconnu d'origine divine, et en particulier sur le Nouveau Testament. Ils n'attribuent pas de valeur aux textes postérieurs, comme ceux des Pères de l'Eglise, qui, au IVème siècle, posèrent les fondements de la doctrine chrétienne.

Consolament :
Il s'agit du baptême de « l'esprit consolateur » pratiqué par l'imposition des mains, le Consolament est le seul sacrement pratiqué par les cathares, pour qui il revêt à  la fois, selon le contexte, les fonctions de baptême, de pénitence, d'ordination ou encore d'extrême-onction. Quant aux sept sacrements pratiqués par l'Eglise catholique, ils sont rejetés car considérés comme postérieurs à  la Bible.

Clergé :
Organisés en Eglises, les cathares ont leur clergé, les « bons hommes » et « bonnes femmes », seuls habilités à  donner le consolament. Ils se distinguent ainsi des simples croyants, qui ne sont pas tenus de respecter les règles de vie cathares, comme le végétarisme, la chasteté et la non-violence.

Pauvreté :
En tant que religieux chrétiens, les cathares font voeu de pauvreté. Ce voeu s'étend à  leur Eglise, laquelle ne possède rien en propre, ni terre, ni fonds autres que ceux gagnés par le travail de ses membres (et non par la mendicité). L'exigence de dénuement des cathares contraste donc avec les ordres catholiques de l'époque, qui affichent volontiers leur richesse.

Guillaume Bélibaste, dernier « bon homme » reconnu, alla au supplice en 1321 à  Villerouge-Termenès et le dernier bà»cher attesté fut dressé en 1329 à  Carcassonne. Jusqu'à  présent, aucun chiffre fiable du nombre de victimes cathares n'est arrivé jusqu'à  nous...

Sources :

Le vrai visage du catharisme, Anne Brenon – Editions La Louve

La croisade albigeoise, François de Lannoy/Jacques Labrot – Editions Heimdal

Saint Dominique, la légende noire, Michel Roquebert – Editions Perrin


... and realise you're living in the Golden Years imf-award-2011.jpg
Mieux vaut être belle et rebelle que moche et remoche! Musky aime Rod icon_evil.gif

Hors ligne

Pied de page des forums

Partenaires :

French Heavy Metal Connection

© 2006-2021 Maiden France
Ce site est non officiel et n'est pas relié à Iron Maiden