Ludwigshafen – 8 juin 2007

A MATTER OF THE BEAST SUMMER TOUR 07

Comte-rendu du concert de Ludwigshafen le 8 juin 2007, par TheTrooper – Photos : moostach

par musky00

6 commentaires
Lu 4918 fois

A peine arrivés aux abords de la ville qu’on voyait déjà panneaux sur panneaux annonçant Maiden, ce qui ne faisait qu’amplifier mon excitation à l’idée de voir enfin ceux que je considère comme les maîtres du heavy metal, les maîtres tout court d’ailleurs.

De prime abord, j’ai été agréablement surpris par la variété des gens présents, des jeunes kids aux vieux routards, on sent bien là un groupe qui fait partie des monstres tels un AC DC, ou un Pink Floyd dans un autre registre, car traversant les générations de manière naturelle, sans forcer. Plusieurs générations sont là réunies et ça fait bien plaisir à voir. Quelques T-Shirt des Guns n roses sont encore éparpillés à droite à gauche, me rappelant là mon premier concert de Hard Rock (et quel souvenir !) à la moitié de mon âge actuel, on rajeunit pas…

Il est 14 heures et le soleil se montre et repart par intermittence, comme pour nous épargner un peu dans cette file collée à la grille. On s’apercevra plus tard qu’on n’avait pas besoin de se taper ça, mais ça fait partie du trip, on a toujours peur d’être trop loin et au final on s’aperçoit que tout le monde zone partout pendant les guests et qu’il est facile d’aller en plein milieu de la fosse juste au bon moment, en l’occurrence 21 heures et des brouettes. H-7 donc, et ces sept heures seront quand même longues avouons-le.

A peine franchies les portes du stade, j’aperçois les baraques à T-shirt, et, par tradition, j’opte pour un T-shirt avec les dates au dos. 30 €, pas donné, mais je sais pertinemment que ce sera un collector à mes yeux, une pièce que je ne laverai qu’à la main pour pas l’user.

Après avoir un peu zoné, mangé, bu (sans modération ni abus, hôtel prévu le soir avec rentrée à pieds, no limit donc), on se retrouve dans la fosse, assis, vers à peu près 15 heures. Deux heures d’attente, puis surgit Lauren Harris !

Ludwigshafen - 07/06/08
Photo : moostach

Sympa, sobre, dynamique, voilà les superlatifs qui me viennent. Même si le style musical est un poil soft à mon goût, j’apprécie néanmoins l’artiste, qui pourrait se la péter vu sa généalogie, et on s’aperçoit que pas du tout. Bien sympa cette petite.

Soft, ce n’est pas l’adjectif qui convient aux suivants, Mastodon. Oh purée là c’est l’inverse ! Déjà les essais de batterie juste avant m’indiquent qu’il est temps de chausser les boules quiès, et en effet on allait avoir droit à une séance de massage gratuit de tout le corps et du cerveau. Moi perso j’ai préservé l’essentiel pour nos protégés, à savoir mes oreilles.

Ludwigshafen - 07/06/08
Photo : moostach

Ensuite, je dois dire que Papa Roach m’a agréablement surpris. Il n’a pas tenu en place, a mis le feu et les mains se levaient dans le public, avec pas mal de gens qui fredonnaient les refrains. Sympa ! A noter une embardée dans la fosse du chanteur que j’ai vu passer tout près de moi, le sourire aux lèvres, apparemment il était content d’être là, ça tombe bien nous aussi !

Ludwigshafen - 07/06/08
Photo : moostach

Après un arrêt aux stands dans la cohue générale pour faire le plein, nous revoici au même endroit pour voir ce que beaucoup attendaient, In Flames. Premiers morceaux sympas, un peu trash quand même, on n’entend pas grand-chose finalement les basses couvrent tout, on est mitraillés, fatigués, peut-être qu’un peu plus loin de la scène c’était plus audible… Ils se sont quand même éternisés je trouve. La majorité en avait marre vers la fin et on entendait des « MAIDEN MAIDEN MAIDEN » qui montaient et résonnaient, on n’a jamais été aussi près, voici ce que je disais à ma copine qui en avait elle aussi vraiment marre.

Il est environ 20h et ça fait maintenant 6 heures qu’on est là. C’est pas rien, mais c’est quand on en chie vraiment que le concert est gravé, pas en arrivant 10 minutes avant et en s’asseyant confortablement dans les gradins !

Et voilà, ils s’en vont. On attend alors encore trois bons quarts d’heure et là c’est enfin la musique d’intro du concert qui vient, comme une bénédiction, la récompense n’est pas loin, on y est et tout le monde le sent, on va enfin décrocher le graal et, bordel, excusez-moi du juron mais ça va commencer fort, très fort.

Parfaite chanson pour ouvrir, le premier morceau d’AMOLAD me fait bouger dans tous les sens, je saute, crie, la joie est intense sur ce morceau pourtant décrié par pas mal de fans. Moi j’adore, tiens je le met lol.

Ludwigshafen - 07/06/08
Photo : moostach

Different World donc, et enchaînement direct sur These colours don’t run. Là, c’est l’explosion, superbe morceau, on nage dans le bonheur et l’attente prend là tout son sens, on ne ressent plus aucune fatigue et c’est le feu, comme jamais. Bruce éclate tout et reste conforme à lui-même, un monstre de scène, une présence impressionnante, quelques légers problèmes avec son micro mais pas gênants, du moins pour moi. Dave Murray joue le sourire aux lèvres, content d’être là, ça fait plaisir et c’est toute une communion avec le public qu’on ressent. Brighter than a thousand suns, y’a l’avant et y’a l’après, quelle claque aussi en live !

Voilà pour la première partie concernant AMOLAD, que je considère comme un album bourré de classiques potentiels, chapeau les mecs de nous pondre cette bombe à retardement en 2006, qui a définitivement explosé pour moi ce soir de printemps…

Wratchild entame la série des classiques, moooon Dieu ! Ça saute dans tous les sens, les premiers pogos arrivent jusqu’à nous, on est dedans et on saute partout, je fais d’ailleurs une chute et j’atterris comme une merde au sol. Heureusement sous la bâche c’est du gazon, je me relève sans heurts et c’est reparti.

Pas le temps de respirer, THE TROOOOOOOOOOOOOOOOPERRRR !!!! Bruce débarque en costume rouge et agite le drapeau anglais dans tous les coins de la scène, là on est sur une autre planète, au revoir la terre, ce n’est plus descriptible ce qu’on peut ressentir. Formidable !!

Ludwigshafen - 07/06/08
Photo : moostach

Voici Bruce après ce morceau d’anthologie qui commence un monologue, et nous apprend que la chanson qui allait venir était une de ses premières enregistrées avec le groupe en 82 ou 83, et qu’elle a une importance particulière pour lui. Le superbe Children of the Damned commence, et nous met des frissons. On ressent l’émotion qu’il veut nous retranscrire.

The Reincarnation of Benjamin Breeg pour poursuivre, suuuuperbe, on n’a pas vu le temps passer et on a déjà passé la moitié, avec la non moins bonne For The Greater Good Of God, qui ferme la session AMOLAD pour ce soir. Et là on va entamer les gros gros gros classiques, NOTB, Fear of the Dark, Run to the Hills et Iron Maiden, rien de moins, une tuerie ! C’est l’aboutissement d’un rêve et malgré ma trentaine je suis comme un gosse, comme un kid qui ne mesure pas les efforts, les pogos affluent et font même peur à ma copine tellement ça devient chaud. Je la protège, la rassure, on est forcément moins rassuré quand on n’a pas le gabarit d’un gars dans cette meute-là. Et c’est reparti !

Le rappel intervient ici si je ne me trompe pas, et va nous donner encore 3 frissons, 2 Minutes To Midnight, The Evil That Men Do et enfin Hallowed Be Thy Name. Quelle soirée ! Là j’avoue que physiquement je termine encore à fond mais c’est dur dur, je ne sens plus mes jambes ni mes bras qui envoyaient des cornes durant tout le concert à nos protégés. YOUUU ROOCK !!!

Ludwigshafen - 07/06/08
Photo : moostach

Voila ça se termine, et je lève un peu la tête, et je vois arriver un freesbee !!! Je me jette dessus, l’attrape, mais un autre gars a réussi lui aussi à le choper, et le tenant plus fermement, réussit à se l’approprier et le range direct dans son sac. Je suis vidé et dégoûté à ce moment précis… Il est dédicacé par Steve je crois et j’ai failli le choper…

Voilà, on sort lentement de cette antre, des souvenirs plein la tête, restent 2,5 kms de marche maintenant jusqu’à l’hôtel. Duuur, là j’ai senti le contre-coup de mon âge avancé, j’ai vraiment eu du mal à arquer lol. Bonne ptite douche, puis coma sans tarder, après avoir bu 2 litres d’eau pour récupérer de la grosse déshydratation (10 heures quand même en tout sans boire ou presque sauf au début).

C’est marqué à vie… Merci Maiden, et rendez vous en 2008 pour la tournée des pyramides. Si vous pouviez inclure une date dans l’est de la France…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Ludwigshafen – 8 juin 2007”

  1. Moi, je les ai vu à Paris Bercy, et c’était pareil ! Sauf la set – list, c’était tout l’ album, Iron Maiden, Fear
    Of The Dark, 2 Minutes To Midnight, The Evil That Men Do, et Hallowed Be Thy Name . Je ne savais pas qu’ il y avait plusieurs set – list dans la même tournée . Il y aura un album Live et un DVD Live ?

  2. salut a tous les fans d iron maiden je pense que tous les allemands ont remarquer qu ils avais aussi des francais a ce stade surtout quand ont rentres avec un drapeau francais chapeau a tous les fans ca restera graver et surtout beaucoup de solidariter ont es tous maidensiser vive iron maiden !!!!!!!

  3. Bravo les gars! C’est un reportage superbe. On s’imprègne bien de l’athmosphère qui devait y régner rien qu’en lisant votre article.
    Les photos sont magnifiques, encore bravo!

  4. Merci TheTrooper pour ce superbe live report. Je l’ai lu au son d’AMOLAD et je m’y serais presque crue.
    Merci aussi à moostach pour ces magnifiques photos de Ludwigshafen.