Nous ne voulons pas ressembler à notre propre version d’un cover d’Iron Maiden

couriermail.com.au

Interview de Bruce Dickinson par Jason Nahrung, publiée le 22 septembre 2007 sur couriermail.com.au.

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 954 fois

Traduction de l’interview de Bruce Dickinson par Jason Nahrung, publiée le 22 septembre 2007 sur couriermail.com.au.

Dickinson, 49 ans, a déclaré que la tournée mondiale Somewhere Back in Time allait faire revivre la grandeur heavy metal de la tournée 1984-85 Powerslave. Cette tournée avait été basée sur une scène inspirée de l’Ancienne Égypte, avec la mascotte iconographique du groupe, Eddie, et enregistrée pour un double album live, Live After Death.

Concernant la future tournée, Dickinson a indiqué que la 4ème visite de l’Australie – et leur première depuis 1992 – d’Iron Maiden allait satisfaire les fans australiens qui attendent depuis 15 ans de les revoir, mais il ne s’agira pas d’une réplique du glorieux Powerslave Tour.

« Nous n’essayons pas de ré écrire la tournée. Ce ne sera pas un Live After Death mot pour mot. Je ne porterai pas mon pantalon de l’époque (Spandex) », a déclaré Bruce. “On va recréer l’ambiance, mais le plus important reste la musique. On ne veut pas ressembler à notre propre version d’un cover (ndt : reprise) d’Iron Maiden« , a-t-il ajouté.

Il y a peu de chance que cela arrive, le line-up actuel est quasiment le même que celui de la tournée en Australie en 1982, année de la sortie de l’album fracassant Number of the Beast, qui était numéro 1 en Australie.

The Number of the Beast a été le premier album de Dickinson avec le combo britannique et le troisième du groupe.

Iron Maiden a été formé en 1975, par le bassiste Steve Harris, le seul membre originel encore dans le groupe. La formation actuelle, stable depuis 1999, comporte les guitaristes Dave Murray, Adrian Smith et Janick Gers, et le batteur Nicko McBrain. Tous ont déjà joué en Australie en 1982 sauf Gers et McBrain. Ils n’étaient pas encore dans le groupe lors des 3 premiers albums.

Le dernier album, A Matter of Life and Death, sorti l’année dernière, a attiré massivement les fans lors de concerts et festivals en Europe et Amérique du Nord.

La tournée Somewhere Back in Time est une des plus extravagantes de Maiden, qui joueront dans 20 villes sur les 5 continents en sept semaines. D’autres concerts sont prévus en Amérique du Nord et Europe plus tard dans l’année.  En moyenne le groupe devrait se produire devant plus de 1,5 million de personnes.

La tournée sera concentrée sur les années phares d’Iron Maiden, les années 1980 – où Number of the Beast, Piece of Mind et Powerslave ont permis au groupe de se propulser parmi les meilleurs groupes de métal – et sur des hits issus de Somewhere in Time (1986) et Seventh Son of a Seventh Son (1988). Maiden, qui sont restés une source d’inspiration pour les groupes actuels, ont beaucoup apprécié le soutien des fans ces dernières années, remerciant des albums et des spectacles live de bonne qualité.

Dickinson s’explique sur la popularité du groupe : « Maiden est un groupe unique. Vous pourriez dire que nous sommes un des derniers groupes originaux. Si quelque chose est bien vrai, c’est que les fans se sont régénérés. Il y a une nouvelle génération entière de fans – deux nouvelles générations. On a joué en Suède dans des stades devant 50.000 personnes. Dans les années 80 nous n’avons jamais rempli un stade de foot. Vous regardez maintenant et sur les 50 premiers rangs la moyenne d’âge est de 16 ans. Lors de la dernière tournée, nous avons pu jouer notre nouvel album entièrement (les 80 minutes de A Matter of Life and Death), et nous avons quand même rempli les salles. Les fans sont attirés par nous parce qu’on est toujours un groupe très actif musicalement« .

Cette tournée donne à Bruce Dickinson la chance de combiner ses deux passions, la musique et voler – il pilote sur des vols commerciaux pour la compagnie Astraeus Airlines, et sur cette tournée, il conduira le groupe, l’équipe technique et le matériel à bord d’un avion spécialement affrété et décoré avec les logos de Maiden.

« La tournée à venir sera probablement la plus grande tournée du groupe« , précise Dickinson, « elle comportera beaucoup des plus grands titres du groupe, spécialement des années 80. Mais les fans qui souhaitent entendre les 8 minutes et demi d’Alexander The Great jouées en live devront encore attendre« .

« Dans la set list il y a juste la place pour une chanson épique, et cette chanson parle d’un oiseau (Rime of the Ancient Mariner, 13 minutes 30) ».

Face à cette tournée monstrueuse, Dickinson déclare que Maiden sont plus vieux qu’à l’époque mais plus sages, plus relax en live qu’ils ne l’étaient.

« Il y a 15 à 20 ans, nous étions sous pression, nous tournions énormément. Nous étions complètement éreintés. Le public n’a pas pu voir le meilleur de nous. C’était comme une équipe sportive, il y avait toujours des blessés parmi nous. Maintenant nous savons qu’il vaut mieux faire une pause de 3 mois que de faire un mauvais travail. Nos spectacles se sont améliorés, l’intégrité de nos spectacles aussi« .

Dickinson a quitté Maiden en 1993 pour poursuivre une carrière solo et est revenu en 1999. Pendant ce temps, il a amassé des compétences énormes sur son CV en plus de son brevet de pilote de vols commerciaux.

Habile escrimeur, il a écrit deux nouvelles qui ont été publiées et un film baptisé Chemical Wedding au sujet de l’occultiste  Aleister Crowley et dont il a écrit le scénario sera dans les salles l’an prochain.

L’Ancienne Égypte semble être un thème naturel pour la tournée de l’un des groupes les plus flamboyants mais Bruce Dickinson prévient à propos de ce qu’on pourrait lire dans les coulisses.

« Pour l’Égypte, vous pourriez surestimer le plus que ça rajoute. On était très intéressé par ce thème dans le milieu des années 80, (les chansons) Revelations et Powerslave représentent bien cette période, c’est une ère tellement fabuleuse pour des chansons. Il y a des choses terribles, inexpliquées sur l’Égypte et des choses terribles, inexpliquées sur les groupes de heavy metal. Pour tous ceux qui les voient, construire ces énormes pyramides fait penser à la folie du metal. Ils étaient (ndt : les Egyptiens) en avance pour les constructions de monuments – ils n’étaient pas minimalistes« .

Version originale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.