Benjamin Breeg : le voile se lèvera-t-il un jour ?

The Reincarnation of Benjamin Breeg

L’énigme Benjamin Breeg

par musky00

5 commentaires
Lu 19556 fois

Benjamin Breeg : que de remous autour de ce personnage depuis que le titre du single a été annoncé. De nombreuses hypothèses ont été émises mais sans confirmation de la part des membres d’Iron Maiden. Personnage ayant existé ou buzz médiatique ? En tout cas, Benjamin Breeg a fait couler de l’encre.

Et puis un site a fait son apparition, à peine trois semaines avant la sortie du single si l’on en croit la date du premier texte, le 20 juillet 2006. Personnellement, je ne l’ai découvert qu’à mon retour de vacances, le jour de la sortie du single.

Un jeu de piste ? Une promotion déguisée pour le single ? On y trouve une courte biographie à la fin de la page que je traduis grossièrement ici.

« Benjamin Breeg est né à Londres le 3 septembre 1939.

Après la mort de ses parents dans l’incendie de leur maison en septembre 1947, Breeg a été envoyé dans un orphelinat dans l’East End. A ce jour, la raison de l’incendie fatal demeure inexpliquée. Breeg était lui-même présent dans la maison mais réussit à s’échapper indemne.

Il était un enfant brillant mais très solitaire, selon un des responsables de l’orphelinat : »Il avait la conduite d’un enfant qui semble porter plus de poids sur ses épaules que personne ne devrait en porter. Ce qui passait dans ses yeux était troublant ». Breeg était attiré par la Bible et exprimait le désir de rejoindre le clergé.

Breeg a été placé dans trois familles d’accueil entre 1947 et 1950 mais à chaque fois, il est retourné à l’orphelinat, incapable de s’adapter dans chacune de ces familles. En 1949, à son dixième anniversaire, il commença à faire des cauchemars qu’il décrira lui-même plus tard comme « le plus abominable et tortueux que j’ai jamais enduré ». En dépit de cela, il développa un incroyable talent artistique et produisit de nombreuses peintures. Cependant, toutes ont été détruites et on pense que c’est Breeg lui-même qui les a fait disparaître. A ce jour personne ne sait pourquoi. Les sujets de ces peintures cependant semblaient causer consternation et détresse à ceux à qui Breeg permettait de les voir.

Selon un ami proche qui aurait vu quelques-uns des travaux de Breeg : « Il disait qu’il peignait ce qu’il voyait. Si c’est vrai, je ne peux que remercier Dieu de ne pas pouvoir voir dans son esprit ».

Au cours des années, son attirance pour la Bible a tourné à l’obsession. Il vivait seul et peu de choses sont connues sur sa vie entre 1955 et 1959 sauf que son envie de rejoindre le clergé avait diminué. Mais pas son obsession pour la Bible.

Breeg a voyagé dans différents pays entre 1960 et 1970. Il a passé deux ans en Haïti avant de partir pour l’Europe de l’Est où il vécut entre 1966 et 1969, date à laquelle il fut forcé de fuir la Roumanie suite à des enquêtes de la police locale. Il retourna en Angleterre en mars 1971 où il se vit offrir une place, qu’il accepta, à l’Institut International de Recherche Paranormale.

Breeg a écrit quatre livres entre 1971 et 1977 mais aucun n’a été publié. Ils concernent tous, cependant, les différentes cultures que Breeg a croisées au cours de ses voyages.  Dans les quatre volumes, l’accent est mis sur les pratiques occultes des pays visités.

Benjamin Breeg a disparu de chez lui le 18 juin 1978. Tous les efforts pour le localiser sont demeurés vains. »

Alors vrai, pas vrai ? Le site n’a pas été mis à jour depuis le 14 août, date de la sortie du single.

Benjamin BreegOn trouve quelques incohérences entre cette biographie et les détails de la pochette du single. Par exemple, si la pierre tombale porte bien une épitaphe en roumain, aucune date de naissance n’est indiquée alors qu’on nous parle ici du 3 septembre 1939. Autre bizarrerie, si Benjamin Breeg a réellement disparu, pourquoi une pierre tombale existerait-elle ? Selon différentes sources, l’épitaphe indique : « Ci-gît un homme dont on ne sait plus rien ».

Une hypothèse sympathique a été émise : Benjamin Breeg aurait pu être Eddie de son vivant. Eddie, en effet, apparaît pour la première fois en 1978 sous la forme de Eddie The Head, 1978 étant justement l’année au cours de laquelle se volatilise Benjamin Breeg. Coïncidence ?

Et comment ne pas reconnaître notre zombie préféré dans cette peinture signée B. Breeg, peinture que l’on retrouve bien entendu à la fois sur le site précédemment cité, dans l’encart du single et dans le clip vidéo.

Mais l’hypothèse la plus séduisante reste, à mon goût tout au moins, celle que je vous propose ci-dessous, avec toutes mes excuses à son auteur. J’ai en effet lu beaucoup de choses sur ce sujet depuis presque deux mois et je ne sais plus d’où j’ai tirée celle-ci.

Benjamin Breeg serait…

Derek Riggs signature

…Derek Riggs, le dessinateur des illustrations des albums et singles d’Iron Maiden de 1980 à 1990.

Les coïncidences existent en effet. Benjamin Breeg est peintre et il peint des « horreurs qu’il voit dans sa tête » tout comme Derek Riggs. Selon cette hypothèse, les toiles détruites pourraient faire référence au fait que Derek Riggs ne travaillait plus pour Iron Maiden et avait retiré les illustrations de son site. Les illustrations sont maintenant revenues sur le site du dessinateur : une réincarnation ?

Cependant, et la conclusion tombe complètement à plat après ce voyage dans le monde étrange de Maiden, selon Bruce Dickinson, Benjamin Breeg n’est qu’une pure invention de Steve Harris. Quel dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “Benjamin Breeg : le voile se lèvera-t-il un jour ?”

  1. Je suis entièrement d’accord avec l’hypothèse où Benjamin Breeg est le passé d’Eddie. Après il peut également être un clin d’oeil à son créateur, à savoir Derek Riggs, et au fait qu’il ait repris le travail des pochettes de Maiden :p