Présentation de la bête

Somewhere Back In Time World Tour 2008/2009

Compte-rendu du concert d’Edmonton, Canada, le 6 juin 2008, par Mike Ross, publiée le 7 juin 2008 sur Edmonton Sun.com

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 3783 fois

Imaginez : un homme d’âge moyen s’assied devant 14 000 fans férus de heavy metal, parle de Samuel Taylor Coleridge et est salué comme le plus grand héros que le monde ait jamais connu.

Il y a deux explications à cet incident curieux. Un : le heavy metal est plus intelligent que les gens ne le croient. Ou deux : la littérature classique c’est du ROCK !

Bien sûr, il y a une troisième explication : Iron Maiden est le plus grand groupe de métal britannique de tous les temps, précisément parce qu’il utilise les grands faits de l’histoire pour capter l’imagination des foules. Et ils le font sans doute, sans peur, et avec une ombre d’auto-parodie. Ils ont joué comme s’ils étaient les meilleurs la nuit dernière dans un Rexall Place complet, où 14 000 fans parmi les plus dévoués au heavy metal que j’aie jamais vus les ont traités comme s’ils étaient les plus grands – Samuel Samuel Taylor Coleridge et tous les autres.

L’homme d’âge moyen en question est bien entendu le chanteur Bruce Dickinson, qui parlait de grands oiseaux et de poètes morts pour présenter The Rime of the Ancient Mariner – inspiré du poème du même nom de Coleridge – un grand opéra rock pyrotechnique compliqué qui s’étend sur au moins 10 minutes pendant que le leader déambule dans un manteau en lambeaux dans le contexte d’un navire abandonné, exprimant le supplice d’un pauvre archer maudit qui a bêtement tiré sur l’albatros. Et la malédiction continue en mer !

Ce fut l’un des nombreux faits marquants de la nuit dernière. D’autres thèmes parlaient de l’apocalypse, le génocide, la guerre, le malheur, la tristesse et Satan – tous balancés dans une célébration théâtrale à la Wagner de tous les joyeux excès que le rock ‘n’ roll peut offrir. Nous avons glissé plus d’une fois vers le territoire de Spinal Tap hier soir – de l’horrible tombeau égyptien en toile de fond à la « bête » qui accompagne Number Of The Beast, en passant par la momie géante à l’arrière de la scène. Eddie a un nouveau look.

Certaines de ces choses serait complètement ridicules si elles n’étaient pas livrées avec tant de passion, de puissance et un sérieux total. Ce groupe a respecté ses armes à feu – ou ses épées et ses lances et ses cottes de maille – pendant plus de 30 ans. Ils n’ont jamais eu un tube N°1 à la radio bien qu’ils remplissent les salles où qu’ils aillent. Il n’existe pas de groupe comme Iron Maiden. Il est difficile de comprendre en quoi les tentatives modernes du heavy metal – « thrash » métal, « black » métal, choisissez votre préfixe – sont une amélioration par rapport aux anciennes méthodes. Je vais mettre les cris d’opéra de Dickinson sur les Cookie Monster vocals du death metal un jour (ndt : Cookie Monster vocals => technique vocale du Cookie Monster : style de chant utilisé par les groupes de death metal et qui s’apparente à la voix de Macaron le glouton de 1, rue Sésame, nommé Cookie Monster en anglais).

Mon collègue Fish Griwkowsky a suggéré que les vrais métalleux sont juste « des obsédés difficiles », pour qui Iron Maiden est le groupe parfait pour le montrer. Poussées par un triple assaut de guitares et une section rythmique du tonnerre qui définit le genre « heavy metal », les chansons du groupe sont pleines d’un matériel qui ne serait pas hors de propos dans un bon jeu de Donjons et Dragons.

Le jeu de rôle original, qui a été ruiné par les ordinateurs, a été l’ultime jeu de stratégie. L’imagination est la clé pour jouer à D&D, de même que pour apprécier la musique unique d’Iron Maiden.

Coïncidence ?

A un moment du spectacle, on a offert à Dickinson ce qui semblait être un joint. Il passa son tour avant d’ajouter : « Le don d’imagination – il vient sans drogues ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.