Le Best of ‘Somewhere Back In Time’ dans la presse

Somewhere Back In Time

Les premiers compte-rendus de la presse sur la compilation Somewhere Back In Time d’Iron Maiden

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 3767 fois

Kerrang

A l’époque où les fans les plus âgés de Maiden ont froncé le nez quand Blaze Bayley a été annoncé comme le remplaçant de Bruce Dickinson, une nouvelle génération de futurs fans étaient encore, littéralement, dans les couches. Et donc, pour s’assurer qu’il n’y a absolument aucune raison pour eux de ne pas chanter ces classiques aussi fort que les hommes assez âgés pour être leurs pères, on leur permet aujourd’hui et pour la première fois d’écouter les titres en ligne, avant d’acheter la version complète. Que ceux qui possèdent l’ensemble des titres des années 80 de Maiden ne s’inquiètent pas, ils ne ratent aucune exclu. Tout cela est disponible ailleurs.

Mais la charge de The Trooper ne deviendra jamais obsolète. Pas plus que la triste intro de Hallowed Be Thy Name, ou l’excitation incomparable qui vous prend lorsque démarre The Number Of The Beast. Ce sont toutes des choses évidentes, et vous ne trouverez pas un Alexander The Great or Sunlight and Steel (ndt : nous avons conservé la coquille de l’article d’origine), mais ce n’est pas le sujet ici. Ces titres sont l’essentiel d’un concert d’Iron Maiden, et faire en sorte que tout le monde y soit préparé est le meilleur moyen de garantir un maximum de plaisir à tous ceux qui sont concernés.

Rock Sound

Les chances de vous envoyer en l’air sur une chanson d’Iron Maiden sont nulles. Si on ne peut nier que Maiden sont vraiment le plus grand groupe de métal que le monde ait jamais vu, les chances de séduire avec The Trooper ou Run To The Hills sont minimes. Si vous avez réussi, Rock Sound veut savoir comment. Et c’est la seule chose à propos de Maiden, parce que nous sommes sûrs que même COF ont obtenu quelques instants orgasmiques ici et là.

L’autre chose unique est qu’ils ont réussi à sortir une autre compilation ! Offerte d’une manière spéciale (vous pouvez la télécharger gratuitement et l’écouter trois fois avant de l’acheter définitivement, si vous aimez ce que vous entendez), cette compilation se concentre sur les premières années (et pour beaucoup, la setlist définitive de Maiden) et elle est commercialisée pour les fans les plus jeunes qui ne connaissent pas le catalogue passé. Les chansons sonnent bien (mais on le savait déjà), et nous savons que vous ne ferez jamais l’amour sur 2 Minutes To Midnight – mais si vous n’avez pas ces chansons sur votre iPod, au moins maintenant vous avez la possibilité d’avoir des morceaux de choix sans trop d’embarras. Profit ou marketing intelligent, il est vraiment difficile de s’ennuyer avec des titres comme Powerslave et Aces High.

Classic Rock

Il n’y a pas beaucoup de groupes qui pourraient s’en tirer avec la publication d’une quatrième compilation, sans être fermement décriés et traités de bâtards voleurs d’argent, mais Iron Maiden ont pris l’habitude de plier les règles pour les adapter à leur propre illustre marche en avant. En fait, c’est un témoignage de l’endurance de ce groupe et la justification officielle de Somewhere Back In Time sonne raisonnablement juste.

Ce n’est pas la plus essentielle des collections pour ceux qui ont vécu et respiré ces chansons depuis deux décennies ou plus, mais une introduction aux titans du métal britannique pour les arrivants des dernières années dans la cause pro-Maiden, pour leur permettre de conquérir tout le catalogue des années 80.

Lorsqu’on regarde le moyen de livraison choisi – ces 15 titres seront disponibles au téléchargement gratuitement dans un format audio de haute qualité ; le seul inconvénient étant que les fichiers expireront au bout de trois écoutes – il est clair que le camp Maiden se déplace simplement avec le temps et reconnait l’évolution des besoins de ses fans, tout en faisant peu de dommages à sa réputation de s’occuper des fidèles.

Il s’agit en grande partie d’une sélection de leur setlist actuelle, […] pour la plupart des hits de Maiden des dix premières années, en plus d’une poignée des meilleurs morceaux des albums studios.

Des hymnes intemporels qui font toujours monter l’adrénaline et durcir les nerfs après toutes ces années ; tout, de la version Aces High du Live After Death jusqu’au titre de clôture des concerts Hallowed Be Thy Name continue d’exsuder cet indéfinissable « truc » qui a longtemps permis à Maiden de se démarquer aussi bien de leurs pairs que de leurs prétendants.

Et si vous n’êtes toujours pas convaincus qu’il y a une nécessité à l’existence de cette compilation, essayez de vous imaginer comme un acnéique de 12 ans qui découvre Maiden pour la première fois, démarrant The Trooper, The Number Of The Beast ou Powerslave et gagnant une entrée gratuite dans l’affirmation de la vie, le monde magique de Iron « fucking » Maiden. Pas de retour en arrière.

Metal Hammer

C’est plus qu’une collection de titres de la première décennie d’Iron Maiden. Si ce n’étaient que les 15 titres proposés ici, alors oui nous pourrions dire qu’il s’agit encore d’une autre compilation pour capitaliser sur une tournée. Non, ceci est de l’histoire. La vôtre. La nôtre. Celle de tous ceux qui sont dans le métal. Il s’agit des origines de la plupart de ce que nous écoutons aujourd’hui.

Oui, certains de ces titres ont été repris dans Edward The Great il y a 6 ans, mais il y a quelque chose d’électrifiant à entendre le célèbre discours de Winston Churchill précédent encore une fois Aces High. Il y a quelque chose de triomphant et de patriote (dans le sens du métal) dans 2 Minutes To Midnight, The Trooper et Run To The Hills. Et il y a quelque chose d’apocalyptiquement révérenciel dans Powerslave, Hallowed Be Thy Name et Children Of The Beast (ndt : nous avons conservé la coquille de l’article d’origine).

Vous connaissez chaque note.

Des titres comme Phantom Of The Opera, Iron Maiden et Wrathchild (les versions proposées ici sont toutes tirées du Live After Death) enverront tous ceux qui s’intéressent de loin au métal dans l’extase du riff. Et c’est bien le sujet. Ce que vous avez là est un rappel de pourquoi Iron Maiden sont devenus le plus important groupe de la planète dans les années 80 et pourquoi, encore une fois, ils ont conquis le terrain.

Pour ceux qui ont grandi avec ce groupe, Somewhere Back In Time est un souvenir de la prééminence de Maiden. Pour ceux qui n’ont pas encore ressenti la pleine explosion des Irons, c’est comme tourner au coin de la rue et réaliser que la magie devient réalité. Allez Twickenham !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.