Blaze Bayley Interview – Part II

Interview de Blaze Bayley – 2ème partie – Wilfort, Bayley

Lu 2547 fois

Keith Wilfort: The album was co-produced by Steve with Nigel Green, I mean Nigel’s record speaks for itself, but what’s Steve like to work for as a producer? Is he sort of a whip cracker, or does he sort of just let everyone get on with it then?

Blaze
: He’s good and bad, it’s like a tragic/comic love affair when Steve is producing and you’re doing your part, because he will encourage you and he’ll go "oh that sounded good, that sounded good". But he will also, when he feels like it, or if he thinks the performance is there to <unintelligible>, he’ll make you do the same thing so many times until you’ve forgot what it’s about, you know. But in essence I’d say as a producer he’s really good because he never forgets what the song is about. He never looks at things from a purely technical thing and he always makes you feel like the musician is more important than the equipment, which I think when you’re in the studio its very easy for the technocrats to take over and say "oh yeah we’ve got this computer doing that, we can use these effects…" and forget that in essence what music is about, and especially the style of music that Maiden do, what that is about is actually reaching to people, it’s speaking to people, you know, and that’s why I think the band… it’s a live band because that’s the ultimate place for that, you know, when you’re on stage or in a gig, then I think the vibe with Maiden is not "we are the band, you are the fans." I think it’s more like "we’re all here together to get the most out of tonight and really enjoy ourselves." So from that point of view I think that Steve doesn’t forget that when he’s in the studio. I really like working like that because I always imagine when I’m singing I always try to think what’s it going to be like live, you know, when we’re on stage what’s it going to be like? And I’m really looking forward to doing ‘Sign Of The Cross’ and some of the other ones live.

Keith Wilfort: The new artwork is a radical departure from what was done in the past, was that a conscious decision when the artwork was being thought of or did it sort of move that way?

Blaze: Well it was I think a conscious decision in one way. Certainly not long after I joined the band and I was talking to Steve about what I thought about the artwork, I think we certainly thought along the same lines there, that there’s no way you could really kill Eddie, I mean after all he’s the undead, so you’re not going to be able to kill him off. And really, I really like Eddie and I like what he stands for and the kind of… you know, the antagonistic dark side, what he represents. So you can’t really lose Eddie, but as well, Eddie has to do something, he has to come from somewhere else. This is a new line-up and it’s going to be hopefully a new beginning for Maiden. So I think that was in our minds, and then the guy… they’d had a couple of things sent in that Steve had looked at and wasn’t particularly impressed with, and then he phoned up the guy who finished <unintelligible> the artwork, and when he said "we want you to come up with some ideas for the next Maiden album" he said "I’ve been waiting for this phone call for five years." So I thought well it’s gonna be good if he’s been into the band and waiting to do it so and it’s come out really well. I think it’s going to be quite controversial but I don’t think in all the time I’ve been following Maiden I don’t think they’ve ever shied away from controversy or confronting people.

Keith Wilfort: Finally, touring. After spending months recording you must be looking forward to getting out on the road… like…. stageshow-wise or presentation-wise, how are you going to be different, how’s it going to be different from previous shows and…. I know you like to experiment with your monitors and stuff like that, so is there anything that you’ve sort of like thought about that you’re gonna do…?

Blaze: Yeah, what we’re doing is… we’re certainly going to…. we’re changing the monitor system on stage is one of the first things we’ll do, so when we’re playing small… we’ve got a monitor system that takes up less of the room on the stage and also the P.A., just as powerful I think it’s a bit louder, the P.A. that we’re gonna use but it’s gonna be a bit smaller so in fact more people will be able to see us and we’ll have a bit more room onstage. And also I think Maiden, the last couple of tours… like with No Prayer and stuff, they’ve stripped down the set, stripped it right down to backdrops and things like that, and I think there’s certainly a feeling in the band now that we want to come out with a show and really say "Yeah we’re here!" and give people something to look at and a memorable evening with Iron Maiden, certainly. So I think it’s gonna be very enthusiastic performances on the tour, and we can’t wait to get out there really because we take so long making the album and doing the promotion and everything that by the time we do get out it’s just going to be insane. It’s just going to be like one of those fairy story dragons lying asleep in the cave, waking up incredibly hungry and breathing fire. We’re about to go and trash the local town and eat all the virgins. So that’s what it feels like at the moment… when we get out there I’m sure it’s going to be insane.

Keith Wilfort : L’album est co-produit par Steve avec Nigel Green, la carrière de Nigel est bien connue, mais c’est comment de travailler pour Steve en tant que producteur ? Est-ce qu’il est une sorte d’esclavagiste ou est-il plutôt décontracté ?

Blaze : Il est à la fois bon et mauvais, c’est comme une histoire d’amour tragi-comique quand Steve produit et que tu fais ton boulot, parce qu’il t’encourage et te dit « oh ça c’était bien, ça c’était bien ». Mais aussi quand ça lui prend ou qu’il pense que la performance est là pour <inintelligible>, il te fait faire la même chose plusieurs fois jusqu’à ce que tu oublies de quoi il s’agit, tu sais. Mais au fond je dirais que c’est un très bon producteur parce qu’il ne perd jamais de vue la raison d’être du morceau. Il ne considère jamais les choses d’un point de vue purement technique et il te fait toujours sentir que le musicien est plus important que l’équipement, ce qui est à mon avis un truc plutôt facile pour les technocrates de prendre les choses en main et de dire « oh ouais on a cet ordinateur qui peut faire ça, on peut utiliser ces effets… » et d’oublier ce que la musique représente, surtout le style de musique que fait Maiden, il s’agit surtout d’atteindre les gens, c’est parler aux gens, tu sais, et c’est pourquoi je pense que le groupe… c’est un groupe de concert parce que c’est l’endroit ultime pour ça, tu sais, quand tu es sur scène ou lors d’un concert, alors je pense que l’attitude de Maiden n’est pas « nous sommes le groupe, vous êtes les fans ». Je pense que c’est plus du genre « On est tous là ensemble pour passer un aussi bon moment que possible et pour vraiment s’amuser ». Alors de ce point de vue je crois que Steve ne l’oublie pas quand il est dans le studio. J’aime vraiment travailler comme ça parce que j’imagine toujours quand je chante, j’essaie toujours de me demander ce que ça va donner en concert, tu sais, ce que ça va rendre quand on sera sur scène. Je suis vraiment impatient de jouer « Sign Of The Cross » et certains autres morceaux en concert.

Keith Wilfort : La nouvelle illustration sur la pochette est radicalement différente de ce qui avait été fait auparavant, était-ce une décision consciente lors son élaboration ou est-ce que ça s’est produit juste comme ça ?

Blaze : C’était je crois une décision consciente d’une certaine manière. Certainement peu de temps après avoir rejoint le groupe j’ai parlé à Steve de ce que pensait de l’illustration, je crois que nous étions sur la même longueur d’onde, nous pensions qu’il n’était pas possible de tuer Eddie, je veux dire après tout il est un zombie, alors ce n’est pas possible de le tuer. Et en fait j’aime bien Eddie et j’aime ce qu’il représente et ce genre de… tu sais, le côté sombre antagoniste, ce qu’il représente. Alors on ne peut pas perdre Eddie, mais d’un autre côté Eddie doit faire quelque chose, il doit venir d’ailleurs. C’est une nouvelle formation et c’est j’espère un nouveau départ pour Maiden. Alors je pense que ça nous trottait dans la tête, et alors le type… Ils avaient reçus quelques trucs que Steve avait vus et qu’il n’avait pas particulièrement apprécié, alors il a appelé le type qui a fini <inintelligible> l’illustration, et quand il a dit : « on veut que tu nous donnes des idées pour le prochain album de Maiden », il a dit : « Ça fait cinq ans que j’attend ce coup de fil ». Alors je me suis dit que ça allait être bien s’il s’intéresse au groupe et qu’il attendait l’occasion et ça a bien rendu. Je pense que ça va être assez controversé mais je ne crois pas après tout ce temps que j’ai suivi Maiden je ne crois pas qu’ils aient jamais reculé devant la controverse ou qu’ils n’aient jamais confronté les gens.

Keith Wilfort : Finalement, la tournée. Après avoir passé des mois à enregistrer vous devez avoir envie de sortir et de faire une tournée… disons… sur scène ou en apparence, en quoi allez-vous être différents des tournées précédentes et… Je sais que vous aimez expérimenter avec vos retours et des trucs comme ça, alors avez vous pensé à quelque chose en particulier ?

Blaze : Ouais, ce qu’on va faire est… on va certainement…. on va changer le système de retours sur scène, c’est l’un des premiers trucs qu’on va faire, alors quand on jouera un petit concert… On a un système de retours qui prend moins de place sur scène et la sono aussi, tout aussi puissante je crois qu’elle est un peu plus forte, la sono qu’on va utiliser va être un peu plus petite et donc plus de gens pourront nous voir, et on aura un peu plus de place sur scène. Et je pense aussi que Maiden, lors des dernières tournées… comme avec No Prayer… et tout ça, ils ont dénudé la scène , complêtement dénudé, et je pense qu’il y a ce sentiment au sein du groupe une volonté de faire un spectacle qui veut vraiment dire « Ouais on est là » et de donner aux gens quelque chose à voir et une soirée inoubliable avec Iron Maiden, certainement. Alors je crois qu’on va donner des performances très enthousiastes lors de la tournée, et on est vraiment impatients parce que ça prend tant de temps de faire un album et les promotions et tout ça que le temps qu’on commence la tournée ça va être dingue. Ça va être comme l’un de ces dragons de contes de fées qui dort dans sa caverne, puis qui se réveille avec une énorme faim et qui crache le feu. On est sur le point de sortir pour foutre le bordel en ville et pour bouffer toutes les vierges. C’est comme ça que ça s’annonce pour le moment… quand on va y aller je suis sûr que ça va être dingue.