Virus

Traduction du titre : Virus – Harris, Gers, Murray, Bayley

Lu 3716 fois

There’s an evil virus
That’s threatening mankind
Not state of the art
But a serious state of the mind
The muggers, the backstabbers
The two faced elite
A menace to society
A social disease

Rape of the mind is a social disorder
The cynics
The apathy one-upmanship order

Watching beginnings of social decay
Gloating or sneering at life’s disarray
Eating away at your own self esteem
Pouncing on every word that you might be saying

Rape of the mind is a social disorder
The cynics
The apathy one-upmanship order

Superficially smiling, a shake of the hand
As soon as the back is turned treachery is planned

Rape of the mind is a social disorder
The cynics
The apathy one-upmanship order

Watching beginnings of social decay
Gloating or sneering at life’s disarray

When every good thing’s laid to waste
By all the jealousy and hate
By all the acid wit and rapier lies
And every time you think you’re safe
And when you go to turn away
You know they’re sharpening
All their paper knives

All in your mind, all in your head
Try to relate it
All in your mind, all in your head
Try to escape it

Without a conscience they destroy
And that’s a thing that they enjoy
They’re a sickness that’s in all our minds
They want to sink the ship and leave
The way they laugh at you and me
You know it happens all the time

All in your mind, all in your head
Try to relate it
All in your mind, all in your head
Try to escape it

The rats in the cellar, you know who you are
The rats in the cellar, you know who you are
The rats in the cellar, you know who you are
The rats in the cellar, you know who you are

Or do you? Or do you?
Or do you? Or do you?

Watching beginnings of social decay…

Il y a un mauvais virus
Qui menace l’humanité
Pas de haute technologie
Mais un sérieux état d’esprit
Les aggresseurs, les planteurs de couteau dans le dos
L’élite de faux-culs
Une menace pour la société
Une maladie sociale

Le viol de conscience est une maladie sociale
Les cyniques
L’ordre apathique de ceux qui se disent supérieurs

Regardant les débuts de la décrépitude sociale
Jubilant ou ricanant du désordre de la vie
Te bouffant ton amour-propre
Bondissant sur chaque mot que tu peux prononcer

Le viol de conscience est une maladie sociale
Les cyniques
L’ordre apathique de ceux qui se disent supérieurs

Souriant superficiellement, une poignée de main
Dès qu’on tourne le dos la traîtrise est conçue

Le viol de conscience est une maladie sociale
Les cyniques
L’ordre apathique de ceux qui se disent supérieurs

Regardant les débuts de la décrépitude sociale
Jubilant ou ricanant du désordre de la vie

Quand toute bonne chose est dénigrée
Par toute la jalousie et la haine
Par l’intelligence acide et les mensonges acérés
Et à chaque fois que tu te crois en sécurité
Et quand tu vas t’en retourner
Tu sais qu’ils aiguisent
Tous leurs couteaux de papier

Tout dans ton esprit, tout dans ta tête
Essaie de le comprendre
Tout dans ton esprit, tout dans ta tête
Essaie d’y échapper

Ils détruisent sans remords
Et c’est une chose qu’ils adorent
Ils sont une maladie qui est dans tous nos esprits
Il veulent couler le bateau et s’en aller
La manière dont ils rient de vous et moi
Vous savez ça arrive tout le temps

Tout dans ton esprit, tout dans ta tête
Essaie de le comprendre
Tout dans ton esprit, tout dans ta tête
Essaie d’y échapper

Les rats dans la cave, vous savez qui vous êtes
Les rats dans la cave, vous savez qui vous êtes
Les rats dans la cave, vous savez qui vous êtes
Les rats dans la cave, vous savez qui vous êtes

Ou non ? Ou non ?
Ou non ? Ou non ?

Regardant les débuts de la décrépitude sociale…