Steve Harris

Steve Harris

Instrument : Basse

par musky00

18 commentaires
Lu 56680 fois

Steve Harris

Date de Naissance : 12 Mars 1956
Lieu de Naissance : Leytonstone, Londres, Angleterre

Parcours :
Influence – Gypsy’s Kiss (1972-1973)
Smiler (1973-1974)
Iron Maiden (depuis 1975)
British Lion (depuis 2012)

Stephen Percy Harris, dit Steve et surnommé ‘Arry par le groupe, est le fondateur et leader d’IRON MAIDEN. Raconter la vie de Steve, c’est raconter le groupe, fruit des rêves et des ambitions de ce bassiste de génie, qui est également auteur, compositeur, voire interprète quand il le faut, et dont la rigueur et l’intransigeance, qui dépassent largement son 1,70 m, ont permis à Iron Maiden de devenir et de rester l’un des plus grands groupes de la scène heavy metal depuis les trois dernières décennies.

Histoire d’enfance

Steve a grandi dans la banlieue est de Londres. Il est l’aîné de 4 enfants. Son père était conducteur de poids-lourds et sa mère, si l’on excepte quelques petits boulots, était femme au foyer, élevant ‘Arry et ses trois sœurs.

Avant de tomber dans la marmite musicale, c’est au sport que Steve Harris s’est consacré. Cricket ou tennis faisaient partie de sa vie mais par dessus tout, c’est le football qui avait ses faveurs. Le jeune Steve rêvait de devenir footballeur professionnel mais attention, pas n’importe où ! Il envisageait une carrière dans l’équipe de West Ham United, le club de foot local de l’Est de Londres qu’il vénérait, et dont il est toujours fan aujourd’hui, comme l’atteste le tatouage représentant le logo du club sur son bras. Un problème d’ailleurs pour son père et son grand-père qui, eux, étaient suppporters d’un autre club, Leyton Orient.

"Je jouais au foot dans la rue, soit avec mes copains, soit en tapant le ballon seul contre un mur. Si je n’avais pas de ballon, une canette en fer blanc récupérée au fond de la ruelle faisait l’affaire", expliquera-t-il à Mick Wall, auteur de l’ouvrage Iron Maiden : l’épopée des Killers.

A l’âge de 9 ans, un ami l’emmène voir son premier match de foot, qui opposait West Ham à Newcastle (4-3). Pendant 7 ans, Steve ne pensera qu’au football et à sa carrière dans le domaine, jouant dans l’équipe de l’école, pleurant lorsque la République Fédérale Allemande ouvre le score à la 12ème minute face à l’Angleterre lors de la finale de la Coupe du Monde 1966 qui se déroulait au Royaume-Uni (pour les amateurs, score final : Angleterre 4 – 2 RFA après prolongations).

Mais la vie fait que, en grandissant, les intérêts changent. Une carrière de footballeur professionnel exige des sacrifices que, finalement, Steve n’était pas vraiment prêt à faire. "Le truc pour devenir joueur professionnel, c’est qu’il ne faut penser qu’à ça, s’y consacrer corps et âme. C’est un peu comme devenir moine, et c’est difficile quand on a 14 ou 15 ans".

Et oui, même à cet âge-là il faut faire des choix et ceux que Steve avait devant lui étaient s’entraîner 7 jours sur 7 ou rencontrer des filles et aller boire un coup au pub voisin avec les copains ! "Alors j’ai compris que ce n’était pas exactement ce que je voulais faire, ce qui fut une espèce de choc, d’une certaine façon", dit-il. "C’est juste que je me suis rendu compte que je ne pouvais pas tout sacrifier pour ça. Et je me suis dit : ‘Si je ne peux pas me sacrifier pour quelque chose que j’aime, qu’est-ce que je veux vraiment faire alors ?’ ". Un an après cette prise de conscience, Steve Harris abandonnait complètement l’idée d’une carrière professionnelle dans le football. Toutefois, il continuera à en jouer toute sa vie pour le plaisir.

A la question de savoir ce qu’il voulait faire de sa vie, une réponse évidente avait surgi : Steve serait une rock star !

La musique

Vous le croirez ou non, mais la première musique que Steve a écouté, c’était… le reggae. Au début des années 70, à part les cheveux qu’il se laissait pousser, le futur bassiste avait la dégaine des skinheads de l’époque. Mais, comme il l’avoue lui-même, "Je n’étais pas un grand fan de tout ça. J’achetais ces albums pour danser dans les fêtes et rencontrer des filles. Aucun de nous n’était vraiment dans le truc skinhead. C’était juste comme ça que ça se passait".

Jusqu’au jour où son ami Pete Dayle lui fera découvrir JETHRO TULL et GENESIS, entre autres. "J’ai emprunté un album de Jethro Tull, Stand Up, et aussi un album de Genesis et un autre de Deep Purple, je crois. Ils m’ont renversé. C’était comme si j’avais vu la lumière !". "Immédiatement, j’ai voulu moi aussi jouer ce genre de musique", rajoute-t-il.

A l’origine, Steve voulait être batteur, révèle-t-il dans le documentaire The Early Days, mais comme sa grand-mère vivait au domicile de ses parents, il n’y avait pas de pièce assez grande pour caser une batterie. Une guitare (acoustique), c’était plus facile ! Mais la guitare, c’était juste parce qu’on lui avait dit que c’était le passage obligé avant de jouer de la basse et très vite, la guitare a été remisée au placard pour une copie de basse Fender.

L’apprentissage de la basse, Steve l’a fait au feeling. Un camarade d’école, Dave Smith, lui avait appris les 4 accords de base mais : "Ras-le-bol de ces putains d’accords. Je frappe les cordes et c’est tout !".

Au bout de 10 mois à peine d’entraînement, Steve a proposé à Dave Smith (remarquez la coïncidence du nom !) de former un groupe. Influence était né avec Dave et un certain Tim aux guitares, Bob Verschoyle au chant, Paul Sears à la batterie, et bien sûr Mr Harris en personne à la basse. A part des répétitions acharnées chez la grand-mère de Steve, le groupe n’a donné qu’un seul concert en 1973 lors d’un concours de jeunes talents où il s’est positionné en seconde place. Mais surtout, ce jour-là Steve a rencontré l’oganisateur du concours, un certain David Beazley, plus connu sous le nom de Dave Lights.

Un autre concert était prévu quelques semaines plus tard mais à ce moment, Steve a décidé de changer le nom de groupe qui "sonnait un peu triste" à son avis. C’est donc sous le nom de GYPSY’S KISS que seront joués les 5 concerts suivants, avant la séparation du groupe pour "divergences musicales". "A 18 ans, tu donnes 5 concerts et certains ont l’impression d’avoir tout fait. Ils sont contents comme ça. Mais moi, ça ne me suffisait pas. J’adorais donner des concerts et je voulais que ça ne s’arrête jamais". Aucun doute, il était déjà le Steve Harris que l’on connaît !

Steve HarrisL’étape suivante du bassiste a été de rejoindre un groupe déjà formé. Ce groupe sera SMILER, en 1974, constitué de musiciens d’environ 26 ans alors que Steve n’en avait que 18. Mais c’était l’idée du bassiste d’intégrer un groupe ayant un peu d’expérience pour en apprendre le maximum. SMILER avaient un répertoire constitué de reprises et jouaient régulièrement dans les pubs. Mais quelques semaines après, alors que le groupe avait un agenda de concerts de plus en plus rempli, le batteur a décidé de partir parce qu’il n’avait pas le temps. Le nouveau batteur sera également une rencontre importante pour Steve. Doug Sampson, né le 30 juin 1957 à Hackney, sera en effet l’un des premiers musiciens à intégrer IRON MAIDEN.

Au fur et à mesure que le temps passait, Steve s’est mis à envisager d’écrire des textes lui-même. Il y aura ainsi une première version de Innocent Exile et Burning Ambition. Parallèlement, le groupe s’était mis à la recherche d’un "vrai" chanteur et c’est encore un nom connu, Dennis Wilcock, qui fait son apparition dans la vie de Steve.

Toutefois, les chansons de Steve ont commencé à déplaire à SMILER. Il y avait "trop de changements de tempos là-dedans". C’est alors que le bassiste s’est dit qu’il allait devoir former son propre groupe car il pensait que ses chansons étaient plutôt bonnes. Et c’est ce qu’il a fait, formant donc son propre groupe… tout seul. Enfin, jusqu’à ce qu’il commence à utiliser ses contacts et à recruter des musiciens. Le 25 décembre 1975, IRON MAIDEN voyait le jour avec Dave Sullivan et Terry Rance aux guitares, Ron "Rebel" Matthews à la batterie et Paul Day au chant, sans oublier Steve Harris et sa basse.

IRON MAIDEN, c’est bien entendu Steve qui a choisi le nom de son groupe, inspiré d’un instrument de torture du Moyen-Age, sorte de cercueil avec des clous à l’intérieur où on plaçait une personne jusqu’à ce que mort s’ensuive,  vu dans le film L’Homme au masque de fer (1939) dit-on toujours. Mais Steve dément : "Le film L’Homme au masque de fer venait de sortir et ça m’a sans doute influencé, bien qu’il n’y ait pas de vierge de fer dans le film". Toutefois, si le bassiste a retenu Iron Maiden, il ne sait plus qui l’a réellement trouvé : "J’étais chez ma mère, on parlait de noms de groupe, et ce nom-là est sorti, et j’ai dit : ‘Ouais, c’est génial. J’adore ça’. Je ne sais plus qui l’a trouvé en premier, si c’est ma mère ou moi ou quelqu’un d’autre de la famille".

IRON MAIDEN

Concernant Iron Maiden, je transcris ici la vision que Janick Gers a de Steve Harris. Vous pouvez retrouver la version originale sur le site officiel du groupe sur la page dédiée.

"J’ai connu Steve et Bruce lorsque Gillan jouait à l’Hammersmith Odeon dans les années 80. J’aimais bien ce garçon à l’époque et je l’ai par la suite rencontré dans quelques concerts de Maiden. Il semblait toujours très concentré et sérieux et attentif à tout ce qui se passait.

Sur le plan humain, Steve fait partie de ces quelques personnes que vous pouvez rencontrer et dans lesquelles vous pouvez avoir entièrement confiance. Il ne vous trahira pas, il ne cassera pas du sucre dans votre dos ; il est très droit. Vous pouvez vous confier à lui, il ne fera pas de détour et ne prendra pas vos dires pour des foutaises. Il a la capacité de rester là et de regarder une situation sous tous les angles, mais s’il est convaincu qu’il a raison, il argumentera de toutes les fibres de son corps et ne changera pas d’idée, ce qui est, je pense, une bonne ligne de conduite. Il a un mental très fort.

Dans des cas où d’autres groupes se seraient effondrés, ce qui a permis à Iron Maiden de continuer à faire ce qu’ils font le mieux, c’est Steve, parce qu’il a cette foi, il croit que ce qu’il fait est juste. Lorsque vous êtes un jeune groupe et que votre maison de disques vient vous voir pour vous dire : "Tu dois adoucir ton son, on a besoin d’un single", Steve est le genre de gars dont on a besoin pour les envoyer bouler et leur répondre : "Allez vous faire foutre !".

Steve a une imagination très fertile et une façon très simple d’écrire des paroles. Il ne s’agit pas de textes intellectuels, c’est plus profond que ça. Il écrit les choses comme il les voit et vous avez vraiment l’impression que les mots sortent de l’intérieur. Chaque fois que je joue le titre Blood Brothers, j’en frissonne tellement ça tombe juste. Il a perdu son père alors qu’il était en tournée et quand ce genre de chose vous arrive, quelquefois vous vous retrouvez au fond du trou – tout le monde a expérimenté ce fait – mais être capable de l’écrire est une autre chose. Lorsque vous lisez ses paroles, il y a une honnêteté qui en émane et il se livre beaucoup plus qu’il ne le ferait lors d’une conversation.

Steve HarrisC’est un grand joueur de football et il avait le choix entre devenir footballeur professionnel ou jouer de la musique lorsqu’il était enfant, mais je pense qu’il a pris la bonne décision. Je ne pense pas qu’il aurait pu se plier à la discipline de la vie de footballeur à l’époque, alors que vous êtes un adolescent et que vous commencez à rencontrer des gens et à faire de la musique. Mais il ne boit pas beaucoup et il fait attention à son corps, c’est très important pour lui. Etant un sportif, il pense que si votre corps est en bonne santé, alors votre mental l’est aussi, et je pense que ça aide dans le groupe parce que vous ne rentrez pas dans ce stupide style de vie du rock and roll "Allons faire la fête toutes les nuits".

C’est un bassiste particulier. Il joue de sa basse d’une façon que personne ne peut réellement copier. Les gens disent que ça ressemble à une guitare solo mais pas du tout. Il a une façon d’entendre les choses et un son qui ne sont pas normalement associés à une basse, ça ressemble plus une guitare rythmique. Lui et Nicko sont le pouls d’Iron Maiden, le corps du groupe. Vous le copiez à vos risques et périls parce que le son de Maiden est construit autour de la façon qu’a Steve de jouer de la basse et le seul groupe dans lequel ça peut fonctionner, c’est Maiden.

[…]

Il a une très très forte personnalité. Sans sa conduite et son ambition, Iron Maiden n’existerait pas, il n’y a aucun doute là-dessus. Il en est le coeur et la puissance".

Et personne ne contredira Janick…

Les petits plus

Le premier logo de IRON MAIDEN a été dessiné par Steve lui-même avec la police toujours utilisée actuellement, même si légèrement modifiée.

Le 29 décembre 1983, Steve Harris a épousé son amour d’enfance, Lorraine. Le couple a eu 4 enfants, Lauren, née le 6 juillet 1984, chanteuse du groupe d’abord nommé tout dsimplement LAUREN HARRIS puis SIX HOUR SUNDOWN. Kerry est ensuite arrivée, suivie de Faye et George, guitariste solo dans le groupe BURN IN REASON, puis THE RAVEN AGE. Son divorce difficile en 1993 est en partie tenu pour responsable de l’ambiance sombre de l’album The X Factor.

Peu de temps après sa séparation d’avec Lorraine, Steve rencontrera Emma, qui lui donnera un nouveau fils, Stanley, puis une petite Maisie.

Steve est un passionné de cinéma et de littérature qui sont sa première source d’inspiration pour les paroles de ses chansons. The prisoner par exemple est directement inspiré de la série Le prisonnier tandis que la source de To tame a land n’est autre que Dune, dont il n’a pas eu l’autorisation de reprendre le titre pour le morceau, The clansman vient du film Braveheart.

Steve a écrit le titre Blood Brothers, que l’on retrouve sur l’album Brave New World, en hommage à son père, décédé alors que le bassiste était en tournée. On peut voir Mr Harris conduisant un tracteur dans la vidéo délirante de Holy Smoke dans laquelle on remarque également la petite Lauren, 5 ans, s’essayer à jouer sur la basse de papa.

La carrière solo

A la grande surprise de tous, Steve Harris publie le 24 septembre 2012 un album intitulé British Lion sans ses accolytes d’IRON MAIDEN. Celui qu’on croyait dévoué corps et âme et à jamais à la Vierge de Fer souhaite ainsi exprimer d’autres facettes musicales qui l’intéressent mais qui n’auraient aucun intérêt pour IRON MAIDEN.

Il s’offrira en compagnie de BRITISH LION quelques tournées dans des salles à dimension humaine, chose que le bassiste n’avait pas dû connaitre depuis très longtemps.

Site officiel BRITISH LION

Sources :
Iron Maiden : L’épopée des killers
Site officiel Iron Maiden

Steve Harris

Dave MurrayAdrian SmithBruce DickinsonNicko McBrainJanick GersBlaze BayleyClive BurrPaul Di'AnnoDennis Stratton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 commentaires sur “Steve Harris”

  1. Magnifique.je suis fan dingue de maiden ❤ depuis toujours.mon chouchou est Steve Harris j’envie sa femme car j’aime tout de lui.

  2. Steve Harris est une légende. Il compose des morceaux fabuleux, c’est un musicien exceptionnel qui est très créatif et qui sait renouveler sa musique. Les gros plans sur ses doigts quand il joue sont incroyables. David

  3. ma reférence, tou simplement(je suis bassiste)!
    et IRON MAIDEN le reférence de Sis pieds sous terre (mon groupe)!

  4. Steve est le coeur de Maiden, à 7 reprises je les ai vu en concert à Bercy et au Parc des Princes, un pur plaisir à chaque fois. Pour moi, le plus grand bassiste, c’est LUI..

  5. steve est un grand monsieur passionné; divinement inspiré; et qui est resté simple; maiden for ever!! le painkiller c lui:merci a toi

  6. Un grand de ce Monde voir le GRAND de ce MONDE, pourquoi n’a t’il jamais eu de NOBEL ? de reconnaissance de l’église ou de quoi que se soit ? Ce type a fait le plus beau groupe de tout les temps, trouvé l’élite des Musiciens composé les plus beau morceau… C’est un exemple : un homme qui partant de rien arrive a tout! Quel musiciens ne connais pas les divine IRON MAIDEN ? C’est vraiment GRANDIOSE ce que fait ce type et a chaque fois il nous surprend avec un nouvel album, ce type vit pour ces Fans et ces Fans pour lui… MERCI INFINIMENT STEVE, MAIDEN EST GRAND !

  7. merci monsieur harris pour tous maiden c’est le groupe le plus magnifique je peu pa exprimer tout le bonheur que j’ai qu’en j’écoute leur morceauxj’ai 15 ans é sa fé 2ans que je suis fan d’eux donc merci a steve d’avoir fait se magnifique groupe VIVE STEVE ET MAIDEN

  8. A mon tour de porter l´éloge à l´homme qui à fondé LE groupe de heavy par excellence!! J´ai 23ans, je joue de la basse depuis l´age de 17ans (Steve a aussi débuté a cette age!) et je dois dire qu´il a excercé une influence terrible sur moi, que ce soit au niveau de mon propre groupe ou au style de jeu que j´ai adopté…je lui doit bcp, je l´aime ce mec…longue vie à Maiden et à Steve, sans lui, la vie serait encore plus grise…with all respect, up the irons!

  9. Steeve, le jour où tu m’as vraiment impressionné c’est le jour où j’ai vu le clip de run to the hills je voyais pas ta main c’était vraiment impressionnant

  10. Ce gars là est vraiment trop hot!Pas « hot »,sexy, « hot »,malade!! Il est fou quand il joue sur une scene;il est vraiment dedans!

  11. bon anniversaire steve !! j’ai 40 ans et maiden c’est toute ma vie .je joue de la basse depuis l’age de 10 ans et connait bien les lignes que joue steve c’est un vrai plaisir !! merci et que ça ne s’arrète jamais

  12. PAPA!!!!!!!!!!!! Rien à dire, enlevez moi Maiden, c’est la déprime! MERCI MILLE FOIS POUR TOUTES CES MONSTRUEUSES COMPOS!!!!!!!!!!!!!

  13. Steve Harris est un exemple dans le monde du métal ! Il est le fondateur de Maiden, ce que j’aimerais être plus tard avec peut être mon futur groupe, mais quand je dit peut être, ça veut dire que je ne suis pas sûr du tout, mais je vais m’ en donner les moyens, travailler, tout faire pour faire un groupe qui sera – si tout va bien – un raz – de – marée musicale ! Enfin bref, je raconte ce que je veut devenir, pour vous expliquer ce que je rêve, mais Steve Harris est un boss !