Bruce Dickinson

Bruce Dickinson

Instrument : Chant

par musky00

13 commentaires
Lu 84367 fois

Bruce Dickinson

Date de Naissance : 7 Août 1958
Lieu de Naissance : Worksop, Nottinghamshire, UK

Parcours :
Paradox – Styx
Speed – Shots (1977 – 1979)
Samson (1979 – 1981)
Iron Maiden (1982-1993)
Bruce Dickinson Solo (depuis 1990)
Iron Maiden (depuis 1999)

A la fois chanteur, présentateur radio, escrimeur, écrivain, commandant de bord ou encore propriétaire de compagnie d’aviation, Bruce Dickinson doit sa notoriété avant tout au célébrissime groupe de heavy metal IRON MAIDEN. Mais la vie de Bruce est tellement riche en activités diverses et variées qu’il nous a paru nécessaire de diviser cette biographie en plusieurs parties pour éviter de la rendre totalement incompréhensible.

Le début de l’histoire

Paul Bruce Dickinson est né dans le comté de Nottingham, dans la petite ville minière de Worksop. Sa mère travaillait à mi-temps dans un magasin de chaussures tandis que son père, mécanicien d’origine, était dans l’Armée. Bruce se considère un peu comme un accident, ses parents l’ayant conçu très jeunes et hors mariage dans une Angleterre des années 50 où l’avortement était interdit. « Ma mère avait 16 ou 17 ans quand elle est tombée enceinte, et mon père 17 ou 18. Ils se sont donc mariés et je suis né quatre ou cinq mois plus tard« , explique-t-il.

Bruce, qu’il a toujours préféré à son premier prénom Paul, a été élevé par ses grands-parents, dans un premier temps parce que ses parents y logeaient, puis, lorsque le garçon a atteint l’âge d’être scolarisé, parce qu’ils ont déménagé à Sheffield où il y avait plus de travail, le laissant à la charge de sa grand-mère, femme de ménage, et de son grand-père qu’il adorait et qui était ouvrier dans une usine de charbon.

Le premier disque que Bruce se souvient avoir eu était le single She Loves You des Beatles, qu’il avait persuadé son grand-père de lui acheter. “Je n’avais que 4 ou 5 ans mais j’aimais vraiment ça… J’ai remarqué qu’il y avait une face B et je me suis mis à la préférer à la face A. C’est là que j’ai commencé à faire la différence entre la « bonne » et la « mauvaise » musique« .

A l’âge de 6 ans, le gamin rejoint ses parents à Sheffield où ils avaient enfin trouvé une maison et des emplois stables. Il rencontrait des difficultés à s’adapter à ce nouvel environnement. Dans ses moments de loisirs, il essayait de jouer d’une vieille guitare acoustique appartenant à son père mais se blessait les doigts en tentant d’en sortir un son.

Bruce Dickinson à Oundle en 1974En arrivant à Sheffield, Bruce a été envoyé à Manor Top, une école assez dure où il ne se plaisait pas. Après 6 mois, ses parents décidèrent de l’envoyer à  Sharrow Vale Junior, une petite école privée. Puis à 12 ans, il fut envoyé en pension dans une autre école privée, appelée Oundle (photo, 1974), dans le comté de Northampton, chose qui ne déplaisait pas à Bruce. “Je n’étais pas particulièrement heureux d’être avec mes parents, et j’ai vu là une échappatoire. Je pense que je n’avais pas développé un réel attachement pour eux lorsque j’étais très très jeune”.

A 13 ans, alors qu’il déambule dans les couloirs de la pension, Bruce entend une musique sortir d’une des chambres : »Waouh ! Qu’est-ce que c’est ?« , a-t-il demandé. « C’est Child in Time de Deep Purple, tu ne connais vraiment rien« , lui a-t-on répondu dédaigneusement. Mais Bruce était trop excité pour y faire attention. In Rock de Deep Purple fut donc le premier album (tout rayé) qu’il acheta et qui l’amena à s’intéresser au rock.

Bruce s’imaginait devenir batteur à l’image de Ian Paice de Deep Purple. Il n’avait pas de quoi se payer une batterie mais réussit à obtenir les bongos de l’école sur lesquels il s’entraînait. Il y avait un groupe dans l’école qui s’essayait à chanter et jouer Let it Be, mais le chanteur n’arrivait pas à atteindre les notes hautes. C’est alors que Bruce a tenté de chanter le titre et c’est là que le chanteur s’est révélé. Mais il a été renvoyé de Oundle pour avoir uriné sur le dîner du directeur.

En 1976, il retourne donc à Sheffield, dans une école publique, puis entendant deux types qui parlaient de leur chanteur qui était parti, il leur propose de faire un essai lors d’une répétition dans le garage des parents de l’un d’entre eux. « C’est là que je me suis dit que je devrais peut-être m’acheter un micro« .

Le groupe, nommé Paradox, puis Styx sur la suggestion de Dickinson, qui ne savait pas qu’un grand groupe américain portait déjà ce nom, a donné son premier concert dans la Broad Fall Tavern de Sheffield puis s’est séparé peu de temps après.

Après avoir quitté l’école à 18 ans, Bruce ne savait pas vraiment ce qu’il voulait faire. Il a d’abord rejoint l’Armée de terre pendant 6 mois, puis s’est inscrit à l’université Queen Mary de Londres, dans l’East End. Ses parents auraient souhaité qu’il continue l’armée mais il leur expliqua, pour se couvrir, qu’il voulait d’abord décrocher un diplôme universitaire. « C’était exactement ce qu’ils voulaient entendre. Mais au lieu de ça, j’ai immédiatement commencé à jouer avec des groupes« .

C’est ainsi qu’en 1977, Bruce rencontre Paul “Noddy” White, qui jouait de la guitare, de la basse, des claviers, écrivait des paroles, enfin bref, faisait un peu de tout. « Et il avait plein de matériel, les amplis et tout. J’ai dit : ‘Allez ! On forme un groupe !« . Et Speed est né, rien à voir avec la drogue, un « croisement entre Judas Priest et The Stranglers » qui jouait tout ridiculement vite, se rappelle Bruce.

Le groupe n’a pas duré longtemps mais il a encouragé Bruce à continuer la musique. Après avoir lu une annonce dans le Melody Maker, il devient chanteur d’un groupe baptisé Shots qui donnait des concerts principalement dans les pubs. C’est avec ce groupe qu’il apprendra à devenir plus qu’un chanteur, un frontman capable d’asticoter et de réveiller un auditoire.

Un soir de 1978, Barry ”Thunderstick” Graham et Paul Samson, dont le groupe avait déjà sorti un album, Survivors, et commençait à attirer l’attention de la presse au même titre que Iron Maiden ou Saxon, sont venus voir Shots en concert. Ils ont proposé à Bruce la place de chanteur au sein de Samson mais celui-ci leur a demandé un délai de 15 jours pour passer ses examens d’histoire à la fac. A peine sa dernière épreuve terminée, il a filé en répétition avec SAMSON.

SAMSON

Bruce allait entrer dans ce qu’il appelle en plaisantant sa période « prenons des drogues« . En effet, le chanteur, qui, s’il buvait beaucoup, n’avait jamais pris de drogue, s’est très vite aperçu qu’il n’en était pas de même pour les autres membres de Samson et que s’il voulait s’entendre avec le groupe, il allait falloir y aller. Il a donc pris les mesures qui s’imposaient : « J’ai quitté ma petite amie avec laquelle j’étais depuis 3 ans en lui disant que j’allais devenir un vrai trou du cul« .

Bruce DickinsonMais le chanteur n’a jamais cédé aux drogues dures, seulement fumé des joints, en se disant que c’était le prix à payer pour devenir un vrai chanteur. Forcé par le management, il a également supporté le nom de scène, ridicule il faut bien le dire, de Bruce Bruce, en référence à un vieux sketch des Monty Python.

Au cours des 3 années passées au sein de SAMSON, Dickinson a écrit la plupart des chansons avec Paul Samson et sorti deux albums, Head On en 1980, et Shock Tactics, en 1981.

Faisant partie de la NVHMA (Nouvelle Vague du Heavy Metal Anglais), SAMSON allait inévitablement partager l’affiche avec d’autres groupes de l’époque, qu’on retrouve sur la compilation Metal For Muthas, dont IRON MAIDEN.

Lorsque Bruce Bruce a vu IRON MAIDEN pour la première fois, ce n’est pas le bassiste qui lui a tapé dans l’œil, mais la musique : « la première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est que c’était du pur Deep Purple« , dit-il en soulignant qu’il s’était demandé ce que le chanteur de l’époque Paul Di’Anno, faisait avec eux. « Mais ils étaient bons, vraiment bons, et sur le coup, je me suis dit que je voulais chanter dans ce groupe. Mieux : je savais que c’était inévitable, que je chanterai dans ce groupe« .

C’était 1 an avant que SAMSON n’enregistre Shock Tactics et IRON MAIDEN, Killers. Le groupe devait justement faire la première partie de MAIDEN sur le Killer Word Tour mais la maison de disques a annulé au dernier moment, ne voulant pas financer le groupe de première partie.

Les problèmes avec le management empirant, SAMSON décide de virer son équipe. Et là, tout part à vau-l’eau malgré une invitation à jouer au festival de Reading en 1981, un concert immortalisé par la BBC et que l’on peut retrouver sur l’abum Live At Reading 1981 . Une chance pour Bruce, Rod Smallwood et Steve Harris étaient venus spécialement à Reading pour voir Samson, ou plus exactement leur chanteur. Rod a proposé une audition à Bruce qui, très sûr de lui, a répondu : « Ok, je vais faire cette audition et j’aurai le job, alors parlons plutôt de ce que nous allons faire ensuite« .

« Quand on a vraiment eu des problèmes avec Paul, c’est le premier chanteur auquel j’ai pensé« , a dit Steve Harris.

L’audition de Bruce pour IRON MAIDEN est passée par Prowler, Sanctuary, Running Free et Remember Tomorrow, puis s’est enchaînée sur d’autres titres comme Murders In The Rue Morgue ou autre Killers. Après un essai en studio pour voir ce que donnait la voix du chanteur sur un enregistrement, c’était fait.

« Quand on est ressortis, j’étais dans Iron Maiden« , dit Bruce.

IRON MAIDEN

Bruce DickinsonAprès avoir intégré IRON MAIDEN, Bruce découvrit que le travail au sein du groupe était strict et réglementé. Contrairement à SAMSON, MAIDEN travaillaient avec une idée claire du résultat qu’ils voulaient obtenir. « Je me suis tout de suite senti chez moi« , dit-il en se remémorant avec quelle facilité il s’est acclimaté au groupe. « C’était comme une grande famille dont je faisais soudain partie« .

Quelques concerts d’échauffement furent donné en Italie en octobre 1981 pour mettre le chanteur dans le bain, puis un concert au Rainbow de Londres le 15 novembre suivant a consacré Bruce, qui avait repris son vrai nom à la demande de Rod Smallwood, à son nouveau poste. « En montant sur scène avec eux, je n’avais rien prévu. Tout s’est fait spontanément« , reconnaît-il, précisant qu’il avait signifié à Rod qu’il n’était pas question pour lui de « devenir un clone de Paul Di’Anno« .

« Il savait vraiment comment se comporter face à une foule« , dira de lui Dave Murray, « et il le faisait comme Paul ne l’avait jamais fait. Paul était un bon chanteur, mais il était un peu perdu sur une scène. Bruce n’arrêtait pas de bouger, qu’il soit en train de chanter ou non« .

Avec Adrian Smith et Bruce Dickinson dans le groupe, le monopole de Steve Harris sur l’écriture des chansons commença à s’effriter. « Ce n’était pas toujours facile, nous n’étions pas toujours d’accord… En fait, nous nous sommes battus comme chien et chat à diverses époques, mais nous avons fait de la bonne musique« .

Sur la façon de chanter de Bruce, Martin Birch, producteur de Maiden à l’époque, commente : « Bien que Paul fût très bon sur les albums qu’il a fait avec eux, j’ai toujours su que Maiden pouvait aller plus loin. De mon point de vue, il ne pouvait pas chanter des choses aussi compliquées que celles qu’écrivait Steve. Et je pouvais travailler beaucoup plus facilement avec la voix de Bruce. Elle était plus vaste et plus étoffée, pouvait porter des mélodies, ce que Paul ne pouvait pas faire. L’arrivée de Bruce a ouvert de nouvelles possibilités« .

Après la monstrueuse tournée Powerslave, le groupe s’est accordé un break de 6 mois, pendant lesquels Bruce s’est adonné à son sport favori, l’escrime, avant de replonger dans le travail et l’écriture d’un album particulier, Somewhere In Time. Ce sixième album, où les claviers font leur apparition ainsi qu’un son d’influence rock progressif, n’a pas plu à Bruce, d’autant qu’aucune des chansons de l’album ne lui était créditée alors qu’il en avait écrit plusieurs. C’est pendant la tournée de promotion qu’il a commencé à écrire sa première nouvelle The Adventures of Lord Iffy Boatrace, publiée en 1990 et dont les 40 000 exemplaires vendus l’ont été, selon Dickinson, « grâce à la loyauté des fans de Maiden« .

Le septième album, Seventh Son of a Seventh Son, a permis au groupe d’explorer des territoires qui lui étaient encore inconnus, ceux d’un album conceptuel. Le concept du don de clairvoyance, amené par Steve avec le titre The Clairvoyant, est une idée qui avait bien plu à Bruce, qui s’est vu crédité de 4 titres sur cet album.

A la fin de l’enregistrement en décembre 1987, le chanteur déménagea à Bonn en Allemagne, pour se rapprocher d’un centre d’entraînement en escrime en Allemagne de l’Ouest. En effet, à la fin des années 80, le chanteur était au top de sa carrière d’escrimeur. Alors qu’il était classé 7ème joueur en Grande Bretagne, son équipe, le Club d’Escrime de Hemel Hempstead, représentait la Grande Bretagne lors de la Coupe d’Europe de 1989.

Après la tournée Seventh Tour of a Seventh Tour en 1988, le groupe ayant décidé de lever le pied pendant 1 an, des rumeurs se firent jour, disant que le groupe allait splitter, différents membres s’égayant dans des carrières solo. C’est en effet à ce moment que Zomba, à la recherche de quelqu’un pour faire un morceau pour le film Nightmare on Elm Street Part V (Freddy V) a demandé à Dickinson, par l’intermédiaire de Rod Smallwood, d’y contribuer. Il y avait un budget, un studio et un producteur, Chris Tsangarides. Dickinson a sauté sur l’occasion et immédiatement téléphoné à un vieil ami, Janick Gers. En 3 minutes, le chanteur avait écrit les paroles de Bring Your Daughter… …to the Slaughter.

Le résultat a tellement plu à Zomba qu’ils ont demandé à Bruce d’autres chansons. Avec les même musiciens que pour le single – Andy Carr à la basse, Fabio del Rio à la batterie et Janick Gers à la guitare – Dickinson a alors fait quelque chose qu’il était impensable de faire avec Maiden, écrire et enregistrer un album entier en deux semaines… sauf que Bring Your Daughter… …to the Slaughter ne figurait pas sur Tattooed Millionaire, sorti en 1990. Le titre avait également plu à Steve Harris qui l’avait intercepté pour No Prayer For The Dying.

La tournée de promotion de l’album suivant, Fear of the Dark, avait été programée en deux parties. C’est entre les deux que Sony, le label US du chanteur, demanda à Bruce s’il était intéressé pour faire un second album solo. Lassé, Dickinson sentit que c’était le moment de passer à autre chose. Rod Smallwood avait dit à Bruce que s’il devait faire un album solo, il fallait que ce soit un “putain de bon album solo« . Ce qui a eu pour effet de faire prendre conscience à Bruce qu’il travaillait encore à la façon Maiden et de lui faire commencer à se poser des questions sur ses ambitions.

Il voulait casser la routine et faire quelque chose “de vraiment différent”. Il est donc parti enregistrer son album en Amérique avec le producteur Keith Olsen. “Je voulais faire quelque chose d’inhabituel et d’un peu fou”, explique-t-il.

Avec l’impression d’être partagé entre deux camps, Dickinson a sérieusement commencé à penser à quitter le groupe. Néanmoins, il a terminé la tournée entreprise avec Iron Maiden et le 28 août 1993, il est monté sur scène avec eux pour la dernière fois.

La carrière solo

La carrière solo de Bruce Dickinson a commencé, comme nous l’avons vu, alors qu’il était encore au sein d’IRON MAIDEN, avec le single Bring Your Daughter… …to the Slaughter, réalisé pour le film Cauchemar à Elm Street 5, et qui apparaît dans une version différente sur l’album No Prayer For The Dying du groupe. Ce single a permis a Bruce de réaliser son premier album solo Tattooed Millionaire en compagnie de son ami Janick Gers.

Après son départ d’IRON MAIDEN en 1993, s’en suivront 4 autres albums – Balls to Picasso, Skunkworks, Accident of Birth et finalement The Chemical Wedding en 1998.

Tattooed Millionaire Balls To Picasso Skunworks Accident Of Birth The Chemical Wedding

La tournée de promotion de Chemical Wedding sera immortalisée sur un album live Scream for Me Brazil.

Mais en 1999, c’est le coup de théâtre ! Les rumeurs qui allaient bon train sont confirmées par un communiqué officiel, Bruce Dickinson reprend sa place au sein d’IRON MAIDEN, et avec lui revient également Adrian Smith ! Si Blaze Bayley se voit contraint de céder la place, il n’en est pas de même de Janick Gers : IRON MAIDEN comptera désormais trois guitaristes dans ses rangs.

IRON MAIDEN, le retour

Une mini tournée va fêter le retour des deux musiciens qui enchaîneront sur l’écriture et la composition de l’album du retour, Brave New World.

Tyranny Of SoulsToutefois, malgré la réintégration de Bruce dans IRON MAIDEN, le chanteur ne stoppera pas ses activités annexes, indispensables, semble-t-il, à son équilibre et à son énergie. En 2002, alors que IRON MAIDEN vient de terminer la tournée de promotion de l’album Brave New World, et ont donné trois concerts au bénéfice de la fondation Cliveaid, en soutien à son ex-batteur Clive Burr, Bruce et ses musiciens, parmi lesquels lequel figure toujours Adrian Smith, enchaînent avec une mini tournée de festival.

Enfin en 2005, toujours assisté de Roy Z, Bruce sort son dernier album solo en date, Tyranny of Souls.

Les avions

Bruce Dickinson a obtenu sa licence de pilote commercial dans les années 1990. Il a volé pour la compagnie de charters Astraeus en tant que commandant de bord de Boeing entre la Grande-Bretagne et des destinations variées en Europe, Afrique du Nord ou encore au Moyen-Orient.

Nous avons eu des fans de Iron Maiden à bord qui, lorsqu’ils ont entendu que le commandant portait mon nom, ont demandé aux hôtesses s’il s’agissait de la star du rock« , explique-t-il.

Bruce Dickinson

Mais pourquoi un rocker milliardaire, aussi financièrement en sécurité que le chanteur d’IRON MAIDEN, aurait-il besoin d’avoir un autre travail ? Car il s’agit bien d’un travail, Bruce était lié par contrat à Astraeus. Et bien tout simplement parce que les avions, les gros avions même, c’est son truc comme il l’explique dans l’interview accordée à Peter Sorel-Cameron pour CNN.com. Devenir un pilote sur une ligne aérienne commerciale était un rêve de gosse pour l’icône du métal.

Quand tu es à 41 000 pieds d’altitude la nuit, volant au milieu de l’Europe et que tu regardes en bas et que tu vois toutes ces lumières, et ensuite tu regardes en haut et tu vois plus d’étoiles que tu n’en as jamais vu avant dans ta vie, c’est extraordinaire« , dit-il.

Bruce explique également : « En 1993, quand j’ai quitté Iron Maiden pendant 6 ans pour m’embarquer dans une carrière solo, il m’est passé par la tête que si cette carrière solo ne marchait pas, je ne pouvais pas rester sans travail. J’ai donc décidé de ce que je voulais faire et j’ai passé les examens pour être pilote en Europe« .

Ce qui n’est pas dit dans cette interview, c’est qu’avant de travailler pour Astraeus, Bruce était pilote dans une compagnie aérienne indépendante, British World, qui a fermé après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Autre anecdote, le 12 février 2007, Bruce a eu la permission d’emmener les Rangers en Israël pour jouer la coupe de l’UEFA contre Hapoel Tel Aviv. En revanche, certaines allégations affirmant qu’il aurait aidé à évacuer des Libanais durant le conflit au Liban en 2006 se sont avérées fausses.

Lors des tournées d’IRON MAIDEN, le rocker avait quelquefois emmené les membres du groupe de concert en concert à bord d’un Cessna 421 Golden Eagle. Depuis la tournée, baptisée Somewhere Back In Time en 2008, c’est à bord d’un boeing 757, redécoré pour l’occasion avec le logo IRON MAIDEN sur les flancs et Eddie sur la queue, qu’il pilote le groupe, son staff et son matériel à travers la planète.

Quand Iron Maiden stoppera ses activités, ce qu’ils feront peut-être un jour, j’aurai quelque chose à faire jusqu’à 65 ans« , dit-il pensivement.

Ses activités aéronautiques ne s’arrêtent pas là puisque l’infatigable est désormais à la tête de sa propre compagnie aérienne et d’un centre d’entrainement pour les pilotes de ligne…

L’escrime

Bruce DickinsonL’escrime tient une grande place dans la vie de Bruce, tout le monde le sait. C’est en 1971, à l’école, que sa carrière d’escrimeur a commencé. Très vite, il s’est rendu compte qu’il était trop petit pour jouer au rugby ou prendre part à d’autres sports collectifs. Mais il voulait trouver une activité qui lui permette d’évacuer son agressivité. “Avec l’escrime, j’ai appris à évacuer mon agressivité sans être violent », dit-il.

Deux ans après être entré dans l’équipe de l’école, on lui a proposé d’en devenir le capitaine mais, de la même façon que Steve Harris avec le club de football de West Ham, à cet âge Bruce était plus intéressé par les jolies filles et par aller boire une bière au pub voisin. Il a donc laissé tomber l’escrime jusqu’à la tournée Piece of Mind avec Iron Maiden où il a recommencé ce sport en s’entraînant beaucoup plus sérieusement qu’il ne l’avait fait dans sa jeunesse. Durant les tournées suivantes, Bruce a traîné son fleuret partout où le groupe se produisait, essayent de s’entraîner dès qu’il le pouvait, prenant même part à plusieurs compétitions pour casser la routine.

Selon le chanteur lui-même, un de ses meilleurs résultats a été obtenu en 1989, période où il était au top, quand son équipe a représenté l’Angleterre dans le championnat européen.

Alors que Bruce est droitier, il manie souvent le fleuret de la main gauche. Une des raisons pourrait être qu’un escrimeur gaucher a plus de chances de gagner parce que la majorité des gens sont droitiers et qu’il serait un peu plus difficile d’ajuster son style à un gaucher. Enfin, ceci dit, et selon des statistiques, 70% des escrimeurs sont gauchers…

Bruce a travaillé avec de grands entraîneurs au cours des années comme Emil Beck (Allemagne) et un hongrois, Zsolt Vadásszfy (Angleterre).

Le 25 juillet 1988, Bruce Dickinson a fondé The Duellist, une société basée à Chiswick (Londres), avec l’intention de procurer aux escrimeurs anglais les meilleurs produits disponibles sur le marché mais à un coût abordable. L’excellente qualité des produits proposés ont fait de la société, qui a acquis une réputation internationale, une des plus rapides à croître dans le secteur. Vous verrez, si vous allez visiter le site, qu’il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec IRON MAIDEN !

Les médias

Homme de radio et de télé, Bruce a présenté pendant 8 ans, jusqu’au 28 mai 2010, une émission de radio intitulée « Bruce Dickinson Friday Rock Show », tous les vendredis soirs sur BBC-6 Music.

Il a également présenté le 5ème épisode d’une série télé sur l’aviation, Flying Heavy Metal, diffusée sur Discovery Channel au Royaume-Uni. Puis, sur la même chaîne, il a été invité à partager son enthousiasme pour les trains.

Dans un documentaire sur les Tanks, on peut le voir conduire un T34 russe, le numéro 3 sur 10.

Le plus récent programme qu’il ait présenté était un documentaire sur la combustion spontanée pour Sky One, dans lequel il enquêtait sur ce phénomène avec l’aide de plusieurs experts et réalisant diverses expériences pour en déterminer les possibles causes.

L’écriture

Une autre aptitude que Bruce a développé est l’écriture, avec deux livres à son actif, The Adventures of Lord Iffy Boatrace (Les aventures de Lord Iffy Boatrace), publié en 1990, et The Missionary Position (La position du Missionnaire), publié en 1992.

Bruce a commencé à écrire sa première nouvelle en 1987, au retour de la tournée mondiale Somewhere in Time, alors que son premier mariage allait à vau-l’eau et que ses nuits d’insomnie le plongeaient dans l’ennui et la tristesse. Lord Iffy Boatrace raconte l’histoire d’un lord anglais désargenté en quête d’une vie meilleure. Ce livre s’est vendu immédiatement à 30 000 exemplaires. L’éditeur ravi a persuadé Bruce d’en écrire une suite. Ces livres ont été traduits en allemand mais pas en français malheureusement.

The Adventures of Lord Iffy Boatrace The Missionnary Position

Le cinéma

Chemical WeddingBruce a également écrit le scénario d’un thriller occulte pour le cinéma. Le film, intitulé Chemical Wedding, met en vedette Simon Callow, qui incarne, ou plutôt réincarne, Aleister Crowley, un écrivain et occultiste britannique considéré comme « l’homme le plus diabolique en Grande-Bretagne » et qui se donnera lui-même, par défi et rejet d’une éducation religieuse stricte, le surnom dont l’affublait sa mère dans son enfance, « La Grande Bête 666 » de l’Apocalypse de Saint-Jean.

Le film est produit par Julian Doyle, qui a également produit entre autres Monty Python La Vie de Brian, mais qui a également écrit et dirigé IRON MAIDEN pour le clip vidéo promotionnel de Can I Play With Madness et Bruce Dickinson pour les vidéos promotionnelles de Killing Floor et The Tower, extraits de l’album The Chemical Wedding, ou encore Abduction, extrait de Tyranny of Souls, que l’on peut retrouver sur le DVD de Bruce Anthology.

Vie privée

En 1983, Bruce Dickinson a épousé Jane. Ils divorcèrent en 1987.

L’année 1990 fut riche en évènements pour le chanteur puisque, outre la sortie de son premier album solo Tattooed Millionaire, il épousa Paddy Bowden qui lui donna un fils, Austin, en août de la même année. C’est d’ailleurs Bruce lui-même qui a accouché sa femme sur le sol de leur cuisine, Paddy ne voulant pas aller à l’hôpital.

Vinrent ensuite Griffin, qui vit le jour en 1992, et enfin une fille, Kia Michelle, en 1994, l’année de la sortie de Balls to Picasso.

Fin 2014, lors d’une simple visite de routine chez le médecin, on a diagnostiqué à Bruce Dickinson un cancer de la langue. C’est en février 2015 que le groupe a décidé d’en informer ses fans, sur un ton qui se voulait rassurant. Cet « imprévu » a retardé la sortie de l’album The Book Of Souls ainsi que la tournée mondiale qui s’annonçait.

Après 7 semaines de chimio et radiothérapie, le chanteur a été déclaré définitivement guéri. Il a alors lui-même révélé que ses tumeurs à la langue et dans les ganglions lymphatiques étaient d’origine sexuelle : « J’avais deux tumeurs, l’une de la taille d’une balle de golf située au niveau de la langue et une de la taille d’une petite noix nichée au niveau des ganglions lymphatiques sur le côté droit de mon cou. C’est ce qui m’a alerté« , a-t-il expliqué, précisant que l’origine de sa maladie (sexuellement transmissible) était le papillomavirus humain (HPV). « C’est le même virus qui donne le cancer du col de l’utérus […] Alors, les mecs, si vous avez des ganglions ne prenez pas juste des antibiotiques, foncez consulter ! »

Bruce Dickinson site officiel

Sources :
Bruce fans.com
Wikipedia [EN]
Iron Maiden : L’épopée des killers
Blabbermouth.net

Steve HarrisDave MurrayAdrian SmithNicko McBrainJanick GersBlaze BayleyClive BurrPaul Di'AnnoDennis Stratton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 commentaires sur “Bruce Dickinson”

  1. Iron maiden vous êtes un des plus grands groupes rock /heavy metal de tout les temps de la terre entière et même de l’univers () vous avez l’harmonie parfaite entre chaque instruments de musique qui fait parti du groupe il y a des chefs d’oeuvres qui font parti de votre répertoire. Vous êtes mon deuxième meilleur groupe de musique. désolé mais mon meilleur c’est ……led zeppelin (ça doit être parce qu’il sont arrivés avant vous ).C’est la première fois que je fait un commentaire et c’est la dernière fois. J’ai offerts en 2016 à mon neveu âge de 22 ans qui vous adore de venir voir le show avec moi au centre bell à Montréal Québec il va s’en souvenir tte sa vie . bonne continuité de vie à chacun de vous. Une fan pour la vie.

  2. Très bonne biographie d’un homme passionné, hyperactif et plein de talents. Bruce par son énergie, son travail, ses passions, ses réussites et sa générosité avec son public transmet une énergie incroyable. Cet homme vit à 200 à l’heure et semble s’engager dans tout ce qu’il entreprend à 100%. Bravo pour tout ce qu’il à réussi et tout ce qu’il à partagé avec tant de gens. David

  3. Je ne savais pas que Bruce faisait de l’escrime ! C’est cool je trouve, vu que j’en fais aussi ! Mais il est fort de jouer de la main gauche ^^’ (perso’ j’y arrive pas) ! Bruce est mon dieu, UP THE IRONS !

  4. qui est le meilleur depuis que Freddie Mercury n’est plus ? Bruce, of course ! Je suis chanteur de rock/métal, et faire du Dickinson, je crois que j’aurais du mal… trop fort le Bruce !!! Putain d’excellent chanteur, compositeur (Revelations), parolier, showman… Respect Monsieur Dickinson.

  5. voila !!bruce est comme alexender the great; un conquérant!!polytalentueux:putain de voix emotionnelle;escrimeur;auteur;compositeur;pilote d avion professionnel;écrivain et bientot le film; finalement lui et steve se ressemble tout en etant bien differant et une putain de carriere solo! celui qui n aime pas :balls to picasso;chemical wedding;accidant of birth;tyranny of souls qu une solution:VA TE PENDRE§§§

  6. Une force de chant incroyable!!
    Une explosion d’énergie sur scène!!
    Il n’y en a pas deux sur la planète et c’est bien sûr Bruce Dickinson!!!

  7. j’adore bruce il a une voix qui vous emporte loin et vous emmene dans son monde leurs chanson sont exellente et veulu dire des choses et monsieur dickinson nous fait découvrir cette univers avec une voix magnifique merci merci

  8. Ce gars a la voix d’un dieu!Aussitôt qu’il commence à chanter j’ai des frissons jusqu’à la fin de la « toune ».
    Longue vie à Dickinson!!

  9. Bruce est le meilleur chanteur du monde ! Quel chanteur peut se vanter qu’il sait super bien chanter à voix posé et assuré à 100 % en haut perché ? Bruce, bien sûr !