L’artiste et le revenant

Derek Riggs

Interview de Derek Riggs par Hilary Whiteman, publié le 9 mai 2008 sur CNN.com

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 4452 fois

Sa face démoniaque nous fixe furieusement sur toutes les pochettes des albums d’Iron Maiden depuis la parution du premier LP en 1980. Edward T. Head, mieux connu sous le nom d’Eddie, est un ancien masque de théâtre qui pendant 30 ans a acquis un corps et s’est transformé pour devenir le plus célèbre des membres du groupe.

Dans les annés 70, c’était une tête qui surplombait le batteur. « Il avait des yeux rouges clignotants et il vomissait ce faux sang marrant partout autour de lui« , se rappelle le batteur Nicko McBrain.

Quand Iron Maiden ont sorti leur premier album en 1980, il n’y avait aucun doute sur qui serait sur la pochette – Eddie, dessiné par l’artiste britannique Derek Riggs, qui parle ici à Revealed du revenant qui l’a rendu célèbre.

Lorsque vous avez commencé à dessiner Eddie dans les années 1970, avez-vous jamais imaginé qu’il allait avoir ce profil, très aimé par les fans de Maiden ?

Derek Riggs : Dès que j’ai eu fini de peindre la première image d’Eddie, je me suis assis dans ma chaise et j’ai pensé : « cette image va me rendre riche et célèbre »… et puis j’ai pensé « ne sois pas ridicule » et je suis sorti chercher un café.

J’ai montré l’image à mon agent artistique qui me l’a rendue avec une grimace et a dit « nous ne pensons pas que cette image soit très commerciale ».

J’ai commencé à montrer mon portfolio à des directeurs artistiques de maisons de disques qui ont en général eu un sursaut d’horreur en le voyant, une fois un directeur artistique m’a jeté hors de son bureau parce qu’il ne pensait pas que ça fasse une bonne pochette pour un album rock. Il a montré une image sur le mur de ce qu’était son idée d’une pochette d’album rock – c’était un dessin à l’aérographe d’une serveuse dans une jupe courte qui se penchait de façon à ce qu’on voit sa culotte.

Un directeur artistique d’une autre maison de disques a proposé que je m’en aille, que je me coupe les cheveux et que je peigne plus de choses normales parce que je ressemblais à un « cas mental », et que je ne devrais pas peindre des choses comme ça et que je devrais suivre une thérapie.

L’image n’a pas été réclamée pendant un an et demi avant que Maiden ne demande à voir mon portfolio, j’ai rassemblé des choses et je me suis demandé si je devais prendre cette image parce qu’elle ne m’avait rien apporté sauf du chagrin, j’ai pensé « bon » et je l’ai collée avec le reste. Et maintenant je suis un peu célèbre mais toujours pas riche …

Cette histoire, et beaucoup d’autres, sont traitées plus en détail dans mon livre « Run for Cover, the Art of Derek Riggs » qui est disponible exclusivement sur mon site Web derekriggs.com, il contient également beaucoup d’images bonnes et mauvaises.

Ressentez-vous un lien personnel avec Eddie, puisqu’il est votre création, presque votre enfant ? Vous êtes-vous senti parfois comme un parent fier ?

Derek Riggs : Je ne suis pas le père d’Eddie, c’est juste une image que j’ai fait un jour et qui me colle à la peau. Je n’ai jamais eu l’intention de peindre cette putain de chose pendant vingt ans. Je n’ai même jamais voulu peindre l’horreur, j’ai toujours été plus intéressé par la science-fiction mais je ne pouvais pas peindre la bête dans des vaisseaux spatiaux.

J’avais l’habitude de peindre d’étranges vaisseaux spatiaux (ils sont fabriqués par des aliens n’est-ce pas ?), puis les directeurs artistiques ont voulu quelque chose peint par quelqu’un d’autre et ont dit « les vaisseaux spatiaux ne ressemblent pas à ça… ils ressemblent à ». J’ai réalisé que l’illustration de science-fiction n’était pas aussi créative ou originale qu’elle semblait de l’extérieur. Alors je suis parti pour essayer de faire des pochettes d’albums à la place.

D’où est venue l’inspiration pour les diverses formes d’Eddie ?

Derek Riggs : Les différents looks d’Eddie sont souvent dérivés de la direction que le groupe veut prendre à un moment donné. Une année, il était égyptien, une autre année, science-fiction, etc. Habituellement, les détails ont été de mon fait. Ils m’ont juste donné une direction puis m’ont laissé faire avec. La plupart du temps, le reste du contenu était mon idée, même si parfois ils avaient des idées pour le contenu d’une peinture, comme la pochette de Piece of Mind qui était l’idée de Steve. Pour un grand nombre d’autres trucs, les détails entre autres, j’avais l’habitude de faire à mon idée. Parfois, je m’ennuyais et je le changeais, pour avoir quelque chose à faire.

Quelle est votre représentation favorite d’Eddie et pourquoi ?

Derek Riggs : J’aime bien The Clairvoyant, car il est si complètement fou. Je ne l’ai pas envisagé comme ça, la chanson était sur la clairvoyance (voir dans l’avenir). J’ai commencé avec l’idée de quelque chose comme le dieu romain Janus qui, je pense, a deux visages, et puis je lui ai donné trois faces (passé, présent et avenir) mais je ne pouvais pas reconstituer son visage lorsque sa bouche était ouverte, donc en désespoir de cause, j’ai enlevé ce qu’il y avait entre le bas et le mâchoire supérieure (ses joues) et il semblait tellement en colère que je l’ai laissé comme ça.

Vous avez été cité disant que le dessin pour Eddie était basé sur des séquences d’une tête décapitée que vous avez vues dans un documentaire télévisé sur la bataille de Guadalcanal pendant la seconde guerre mondiale. Est-ce exact ?

Derek Riggs : Non, ce sont des sottises. Je n’ai jamais été cité pour ça parce que je n’ai jamais rien dit de tel. C’est une fausse citation. De plus, d’un point de vue factuel, c’est complètement faux.

Je voulais peindre l’image d’une silhouette semi-squelettique, en décomposition, dans les rues de Londres. J’avais besoin d’une source pour dessiner parce que je ne savais pas vraiment comment une tête humaine se décompose.

Alors je me suis souvenu d’un montage photo que j’avais fait dans les années 70 quand j’étais à l’école. Une partie du montage était une photographie d’une tête en décomposition qui était collée à un char. Elle venait du magazine Time et était légendée comme la tête d’un soldat américain qui avait été coincé sous un tank vietnamien. Des années plus tard, j’ai trouvé cette même photo dans la collection de Time Photos. Elle était légendée comme étant la tête d’un soldat anglais coincé sous un char nazi. Donc maintenant je doute que ce soit autre chose que de la propagande de guerre. Quoiqu’il en soit, j’ai utilisé cette photo comme référence pour peindre la tête du monstre.

Eddie n’a pas été inspiré par la photo ; j’ai utilisé la photo comme référence pour la peinture. La peinture a été inspirée par le mouvement punk rock anglais à la fin des années 70. Ils avaient ce genre de philosophie de rue à propos de la jeunesse qui gaspillait son temps. C’était une tentative pour représenter visuellement cette idée. Mais je ne pouvais pas la vendre aux punks, elle leur faisait trop peur.

Guadalcanal
La photo dont Derek Riggs dit ne pas s’être inspiré pour créer Eddie

 

Pensez-vous qu’il a bien vieilli ? Est-ce que le Eddie d’aujourd’hui est aussi puissant et impérieux que ceux du passé ?

Derek Riggs : seulement ceux que je peins. Ceux faits par d’autres personnes sont un peu boiteux. Ils disent tous qu’ils peuvent peindre mais quand il s’agit de le faire, ils échouent. C’est parce qu’ils parlent pour parler, mais je suis le seul qui peux le faire. J’ai parcouru tout le chemin aller et retour et je suis encore debout (mais juste un peu, et mes pieds sont très douloureux).

J’ai vendu plus de photos que Walt Disney de marchandises. L’un dans l’autre, Eddie se vend mieux que Mickey Mouse. J’ai vendu plus d’affiches que le président des États-Unis pendant une année électorale.

Beaucoup d’idées « originales » de Fantasy que vous voyez dans les films et à la télévision ont été volées directement sur mon site Web et dans mes travaux publiés. Je pensais à un truc et aussitôt quelqu’un le volait. Je suis un peu fatigué de voir mes idées utilisées par d’autres personnes qui n’ont pas leur propre créativité, juste un gros budget pour un film. Hey, donnez-MOI le gros budget du film et voyez ce qu’il se passe. Et arrêter de piller mon site Web. Voleurs.

A quoi ressemble Eddie en tant que goule ? Lui avez-vous attribué une personnalité ?

Derek Riggs: Ecoutez, Eddie est une peinture. Il ne possède pas une personnalité, il ne mange pas, ne dort pas, ne grogne pas ni ne mord. Il ne croit en rien, il n’est ni pour ni contre quoi que ce soit. C’est une peinture … OK ?

Quelles sont les plus grandes fausses idées à propos d’Eddie ?

Derek Riggs: Qu’il est une vraie personne avec une personnalité. Que je suis en quelque sorte comme ça, que c’est mon alter ego. Eh bien, il ne l’est pas. C’est juste une peinture que j’ai fait un jour et qui me colle à la peau. Il me suit presque partout comme le monstre de Frankenstein. Et vous pensez que vous avez des problèmes avec harceleurs.

Vous avez arrêté de travailler pour Iron Maiden il y a quelques temps. A-t-il été difficile de lâcher votre création ?

Derek Riggs : Non, au moment où j’ai arrêté de travailler pour Maiden, j’en avais assez de peindre Eddie de toute façon. Je voulais vraiment faire quelque chose d’autre. J’aurais pu faire un scandale sur les droits mais je voulais plus le peindre et je ne pouvais l’utiliser pour rien d’autre. De plus, il faisait partie du coeur de Maiden et ce n’est pas dans ma nature de provoquer des dommages aux gens de cette façon. Je l’ai donc laissé et je suis parti. J’ai fait beaucoup de chemin. J’ai fait quelques images pour eux récemment, elles semblent être bien reçues par les fans, donc nous allons voir comment les choses se passent.

Version originale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.