Blaze Bayley

Blaze Bayley

Instrument : Chant

par musky00

14 commentaires
Lu 34461 fois

The Man Who Would Not Die : chronique de l’album

Le nouvel album de Blaze Bayley sortira dans les bacs le 7 juillet 2008. Sébastien a pu l’écouter en avant-première, il nous propose ses impressions sur ce 4ème album solo de Blaze.

  1. The Man Who Would Not Die
  2. Blackmailer
  3. Smile Back At Death
  4. While You Were Gone
  5. Samurai
  6. Crack In The System
  7. Robot
  8. At The End Of The Day
  9. Waiting For My Life To Begin
  10. Voices From The Past
  11. The Truth Is One
  12. Serpent Hearted Man
 
 

The Man Who Would Not Die… Serait-ce un titre aux paroles autobiographiques ? On est en droit de se poser la question à l’écoute de cet album tant Blaze donne le meilleur de lui-même dans les 12 morceaux qui composent ce 4ème album studio post-Maiden !

 
N’ayons pas peur des mots, cet album est enfin le digne successeur de l’excellent Silicon Messiah. Blaze a pris le temps de recharger ses batteries, de s’entourer d’un groupe lui permettant de donner toute l’étendue de son talent, et c’est chose faite.

L’entrée en matière, avec le titre portant le nom de l’album, donne le ton d’entrée de jeu : son énorme, compact et bougrement heavy, guitares en avant, une section rythmique qui assure un tempo d’enfer sur lequel Blaze pose sa voix et ses mélodies imparables, avant que les deux guitaristes nous délivrent des solos de toute beauté. Et quelle mélodie trouvée par Blaze !

Le tempo ne ralentit pas avec le second morceau BlackMailer qui est un pur joyau de heavy metal faisant la part belle aux harmonies à deux guitares et l’invitation à chanter de Blaze (« oooooo oooo » ) rappelant les années Maiden. Là, on se dit que Blaze a tout donné dans ces 2 fantastiques premiers morceaux… Et bien non, Smile Back At Death déboule avec sa mélodie de guitare entêtante et imparable qui, encore une fois fait mouche (une constante dans cet album, ce qui faisait cruellement défaut aux deux albums précédents), et débouche sur une partie musicale durant laquelle les guitaristes font preuve d’un sens de la mélodie indéniable.

While You Were Gone marque le 1er ralentissement (dans la 1ère partie du morceau) de tempo de la part des musiciens mais s’avère également être l’un des morceaux les plus réussis de l’album : après un départ de toute beauté calme où le chant plein d’émotion de Blaze répond à cette guitare splendide qui n’a jamais été aussi « parlante », le rythme s’accélère brusquement, les guitares s’entrechoquent, les solos fusent de toutes parts et le chant de Blaze nous prend à la gorge avant que la chanson ne se termine doucement, le calme après la tempête. Un pur joyau !

Blaze Bayley Band

Blaze endosse ensuite l’habit de Samouraï et le bassiste celui de Steve Harris pour ce morceau digne du fameux groupe du East End, avec cette basse galopante, ces harmonies de « twin-guitares », ces « ooo ooo » de Blaze et ce break de basse.

A Crack In The System nous montre la part heavy de l’album, avec son côté lourd, cette guitare vicieuse rappelant les meilleurs moments de feu Criss Oliva à l’époque de Hall Of A Mountain King.

Arrivé au 7ème morceau de l’album, on se dit que ça y est, le niveau ne peut que baisser… Et bien non !! Blaze nous balance une nouvelle tempête avec Robot joué à 200 à l’heure mais toujours, et il faut le souligner, associé à une mélodie accrocheuse et imparable.

At The End Of The Day marque le repos du guerrier, mais la qualité de composition est toujours au rendez-vous et le dialogue voix / guitare toujours de toute beauté.

Le morceau suivant, Waiting For My Life To Begin, repart de plus belle sur un rythme rapide et nous sert d’apéritif pour le chef d’œuvre qui suit, Voices From The Past, et ses très belles mélodies vocales, ses changements de rythme.

Ce 4ème album de Blaze se termine comme il a commencé, c’est-à-dire par deux morceaux rapides et heavy en diable, démontrant le talent certain des nouvelles recrues de Blaze.

Vous l’aurez compris au travers de mes mots, Blaze vient de nous délivrer son meilleur album, arrivant à concilier puissance de feu, mélodies accrocheuses, sections musicales de toute beauté, un progrès indiscutable dans le travail de composition et un son sublimant les chansons.

The Man Who Would Not Die est la preuve par la musique que le heavy metal a toute sa place en 2008 et de bien beaux jours devant lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 commentaires sur “Blaze Bayley”

  1. Je vous conseille d’écouter « Down Fall the Good Guys » de Wolfsbane, le groupe de Blaze avant Maiden. Moi, je trouve ça pas mal …

  2. Blaze Bayley n’est pas vraiment mon chanteur préféré. Je lui préfères même Paul Di Anno par moment. Cependant, il a réussi à devenir chanteur de Iron Maiden, et en cela je m’incilne devant lui, et crache sur les connards de la vidéo plus haut. Blaze Bayley a aussi permis de faire voir le jour à « sign of the cross » « man on the edge » et « futureal » et en cela il est mon chanteur que je n’aime pas préféré

  3. Tout à fait d’accord avec Boris..Blaze est très accessible,ce qui tient malheureusement d’un incompréhensible manque de popularité, mais au moins cela nous donne l’opportunité de voir ce fantastique groupe de près, quelque chose d’unique.Je l’ai vu deux fois, à Notre Dame de Gravenchon et Paris, et ce furent deux gigs fantastiques, que ce soit par l’ambiance et la track-list ! L’album « The Man who wouldn’t die », sorti en 2008, qui servait de support à cette tournée, est un véritable chef d’oeuvre, pour moi un des meilleurs albums de heavy de tous les temps, au niveau des meilleurs albums de Maiden. Blaze chante encore beaucoup mieux que quand il était dans Maiden,et sa voix regorge de feeling, un domaine où il est au moins du niveau de Bruce.Son prochain LP sortira le 6 février 2010…Vite!Vite!

  4. J’ai assisté au concert de Blaze Bayley hier soir à la scène Bastille et je le dis sans ambages: Cet homme, ainsi que tout le groupe mériteraient de jouer dans des salles beaucoup plus grandes!!!! La contre-partie, c’est qu’on a pu les voir de près et même leur parler. Je trouve que le charisme de Blaze, associé à ce côté assez réservé, quand il est en dehors de la scène, est très touchant. J’ai vraiment été heureux de le voir. Je ne peux que lever mon chapeau à son talent, mais aussi à son courage (lisez la biographie ci-dessus, vous saurez de quoi je parle).

  5. Ce monsieur est trop sévèrement jugé par les fans d’Iron Maiden. Je suis un fan de Maiden et je trouve que la différence de style qu’il y a entre Blaze Bayley et Bruce Dickinson n’a fait qu’enrichir le répertoire du groupe. Blaze n’a pas sauvé Iron Maiden du raz-de-marée grunge à lui tout seul, mais sa contribution est indéniable. Le succès de l’excellent Brave New World trouve ses racines dans les non-moins excellents X-Factor et Virtual XI. Et bravo à Steve Harris d’avoir su expoiter le timbre de Blaze pour des compositions telles que Sign of the Cross, the Clansman…. Même si Bruce les interprète sur scène (avec brio) depuis 1999, elles ne prennent leur valeur entière que sous la voix de Blaze. Pour les plus réticents, allez jeter une oreille sur ses albums depuis 2000!

  6. De nos jours y ‘en a toujours qui critique autant ce mec. Mais bon sang vous croyez que c’était facile de passer après un chanteur comme Bruce.
    La tension devait être énorme pour lui .

  7. Attends, en même temps, il était à la tête de l’un des plus grands groupes de la planète, il allait pas être photographié tout recroquevillé, la tête baissé, etc… Dire qu’il a pris la grosse tête, je trouve ça un peu ridicule comme critique, s’il avait fait le contraire, on lui aurait reproché encore son manque de prestance…
    De toutes façon, maintenant qu’il a son propre groupe, le comparer avec Dickinson n’a plus lieu d’être.

  8. comment comparer blaze avec bruce voir paul ? manque de presence sur scene et son registre ne correspont en rien avec maiden ! je pense en plus qu il avait pris la grosse tete il suffit de regarder les poses sur les photos !

  9. #modéré# qui critiquent a tout vat ce grand artiste qu est blaze:oui il avait du mal sur des titres chantés initialement par bruce et alors? #modéré » virtual eleven n est pas un chef d oeuvre malgré 3 titres fantastiques;X FACTOR EST UNE BIBLE #modéré# blaze est un super chanteur;compositeur et auteur;sa carriere solo est exemplaire ses 3 trois albums sont des tueries:ne touchez pas a mon frere!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  10. Je trouve que chaque fan de maiden devrait montrer du respect envers ce mec, car soyons honnete, sans lui, maiden n´existerait plus aujourd´hui (d´autant que Blaze était le premier choix a Steve)…il a, comme moi je trouve apporter un nouveau souffle et a permis au groupe de passer l´ère grunge sans dégats. la plupart des concerts était soldouts, en France comme en Allemagne The X-Factor a cartonné, et je trouve que cet album doit figurer dans les 5 meilleurs albums de maiden, tant il est profond, honnete et sombre (si les gens se demandent pourquoi il est tellement sombre, il est à noter que Steve et Lorraine était en divorce, et le spilt avec Bruce était à digérer!! Sur ce, Hail to Blaze, I love this guy!

  11. Blaze est très bon sur « The X Factor » et « Virtual XI » mais il était moyen sur les anciennes chansons du groupe… Par contre, ses albums solos sont excellents ! ! ! Si vous voulez découvrir Blaze, allez plutôt faire un tour sur eux ! Vous ne le regretterez pas.

  12. je n’aime pas ce chanteur. Il ne chante pas terrible, si Maiden l’avait garder je n’écouterai plus aujourd’hui.
    Je préfère nétement Bruce.

Site de fans français sur Iron Maiden