Tournée The Final Frontier 2011 – Le journal de bord

The Final Frontier Europe Tour 2011

Traduction du journal de bord de Rod Smallwood et Todd Nakamine publié sur le site officiel d’Iron Maiden

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 36110 fois

Recife et Curitiba
par Todd Nakamine, publié le 12 avril 2011 sur le site officiel d’Iron Maiden

 

Quand je suis arrivé à Recife, c’était vraiment comme si j’étais de retour aux États-Unis. Ca me rappelait la Floride. Tout comme à Rio, ils ont ces grands bars à presque chaque bloc, directement le long de la plage. Il faisait chaud lorsque nous y sommes arrivés alors je me suis arrêté au plus proche pour prendre une noix de coco. Pourquoi pas ? J’étais au Brésil et il semblait que c’était la chose à faire. Rien n’explique mieux le Brésil que s’asseoir près d’une plage et boire dans une noix de coco. Au moins dans ma version. Très rafraîchissant. Je suis resté là un moment à regarder l’océan. C’était stupéfiant comme il était calme. Je serais bien allé me baigner s’il n’y avait pas eu les pancartes « Attention aux requins » tout au long du chemin. Alors que je me levais, quelques membres de l’IMFC m’ont reconnu et sont venus prendre quelques photos avec moi. Je commence juste à m’habituer à tout ça même si c’est toujours un peu nouveau pour moi. On m’a dit que c’était parce que m’avoir sur la tournée était comme si l’un d’entre eux était là aussi. Je suppose que je comprends ça.

Plus tard ce soir-là, Nick, John et moi voulions voir un peu de la « vraie » Recife donc nous avons décidé de prendre un taxi pour Olinda.

La ville d’Olinda a près de cinq cents ans d’histoire. Au cours des cent premières années du Brésil, Olinda était l’une des villes les plus riches du pays. Les Hollandais l’ont occupée pendant 24 ans, ajoutant à sa culture déjà très riche. Lorsque les Hollandais sont partis, la ville voisine de Recife a pris le rôle de centre commercial et politique.

On était samedi soir à Olinda et sur la place principale, il y avait des tas de tables dressées, pleines d’habitants du coin mangeant, buvant et faisant la fête alors qu’un groupe jouait de la musique pendant qu’ils dansaient. C’était une ambiance vraiment géniale et ça donnait vraiment une idée de ce qu’était la ville. À un moment donné, je me suis levé pour chercher des toilettes et « Brave New World » sortait des hauts-parleurs dans l’un des magasins ! Le hasard ! Nous étions en contact avec Griff et des membres de l’équipage de l’avion et ils nous ont retrouvés au milieu de cette place bondée. Peu de temps après, Patrick est arrivé avec Martin et Frank de Banger Films qui sont venus pour avoir une idée du spectacle avant le tournage des concerts de Buenos Aires et Santiago.

DSCN7187

Après un moment, j’ai décidé de faire une petite marche autour du bloc pour jeter un oeil sur les environs. La plupart des immeubles étaient recouverts de peintures murales et de tags. Il s’avère que beaucoup de la culture d’Olinda est exprimée dans chaque maison, chaque rue et chaque église par sa population. Se promener dans le quartier, c’est comme prendre une leçon d’histoire et de culture brésiliennes. J’ai commencé à errer plus loin dans les rues quand je me suis retrouvé hanté par ce qui s’était passé à Belem. Non pas que c’était une zone particulièrement mauvaise, mais j’étais seul en territoire inconnu, alors j’ai décidé de retourner à la table avec les autres.

Le lendemain matin, je suis descendu pour prendre le petit déjeuner mais je n’ai pas pu trouver de place pour m’asseoir et deux ou trois des membres de l’IMFC m’ont aimablement offert un siège avec eux. C’étaient des gars très sympas qui nous suivaient à travers le Brésil. Comme nous finissions, nous avons entendu un immense vacarme de l’autre côté où il se trouve que Janick avait décidé de signer quelques trucs pour les fans qui patientaient dans le hall.

J’ai fini dans ma chambre pour le reste de la journée, à travailler sur la planification d’interviews pour Steve avant de devoir partir pour le Pernambuco Convention Center pour le concert. Juste un aperçu d’une journée habituelle de Todd.

Initialement prévu au Parc des Expositions, le concert a été déplacé dans la zone externe du Pernambuco Convention Center en raison des fortes pluies du mois précédent. La sécurité et le confort des fans viennent toujours en premier dans le camp de Maiden.

Une des choses géniales au sujet de ces spectacles, c’est qu’ils me donnent la chance de voir beaucoup de nouveaux artistes et d’artistes locaux que je n’aurais probablement jamais eu l’occasion de voir ou d’entendre. Ce soir, le groupe support Terra Prima a bien chauffé la foule qui était prête pour Maiden. Le public ce soir-là était vraiment gonflé à bloc et je sentais que le groupe se nourrissait de la passion de l’enthousiasme de l’auditoire. Le groupe et le public ont tous deux vraiment donné tout ce qu’ils pouvaient. Après avoir fini mon habituel devoir envers les photographes de presse et les équipes de tournage, je suis allé vers l’arrière de la salle. C’était recouvert de gens, tous faisant la fête. J’ai fait une sortie rapide hors des portes et il y avait des centaines de fans assis le long des escaliers en pierre juste derrière la porte, écoutant et lançant des acclamations. C’était comme une grande fête. Comme je me promenais en appréciant la réaction de la foule au groupe, j’ai réalisé que j’étais très au-delà de la porte et j’ai dû revenir en courant pour reprendre ma place devant sinon je serais resté au fond de la salle.

Après le concert, nous sommes tous retournés à l’hôtel. Sur le chemin, Martin de Banger Films a mentionné le bar sympa de la piscine à l’étage mais malheureusement il fermait à 22h et nous avions dépassé cette heure. A ce moment précis, Gaddsy est venu vers nous en disant « Bar de la piscine, à l’étage. Appelez le groupe tout de suite pour savoir s’ils veulent venir ». L’hôtel avait été assez aimable pour laisser le bar de la piscine sur le toit ouvert pour que nous puissions nous détendre.

Gaddsy, John, Ian, Frank, Martin et moi sommes tous montés. Après la folie du concert, c’était agréable de s’asseoir près de la piscine sous le ciel calme de Recife à parler du spectacle. Peu de temps après, Janick nous a rejoint, suivi de Dave et Bruce. C’était un autre de ces moments surréalistes auquel j’ai eu la chance d’assister. Bruce a mentionné qu’il venait de voir « Le Retour de la panthère rose » à la télévision de l’hôtel et qu’il avait oublié comme c’était drôle. Bruce récitant tout en IMITANT les gestes pour nous était hilarant. A ce moment, Dave enthousiasmé a dit qu’il venait de louer un film intitulé « Evil Aliens ». Je suppose que je dois vous expliquer un peu le contexte. Faisons un saut dans le passé au jour où nous avons quitté Belem. Bruce nous a dit dans l’ascenseur que juste avant de quitter sa chambre, il était en train de regarder cet étonnant film d’horreur Gallois de série B appelé « Evil Aliens ». Nous avions quelques minutes avant de devoir partir donc Gaddsy, Bruce, John et moi, bientôt rejoints par Nicko, nous sommes assis dans le centre d’affaires pour regarder la fin de ce film. Avance rapide jusqu’au bar de la piscine à Recife avec Dave insistant pour que tout le monde voit ce film.

Comme la nuit tirait à sa fin, nous avons commencé à parler de musique et Martin nous a raconté qu’il venait tout juste d’interviewer Arthur Brown (du tube « Fire ») et il s’avère que Bruce l’avait vu dans les années 70 et nous a décrit le spectacle. Il nous a parlé de l’énorme influence d’Arthur Brown, Ian Gillan et du groupe de rock progressif Van der Graaf Generator sur son style vocal. Peu de temps après, le bar a fermé et nous sommes tous allés dans nos chambres. Le lendemain, nous avions un vol à la mi-journée pour Curitiba.

DSCN7214

Alors que nous allions atterrir à Curitiba, je regardais par le hublot en me sentant un peu triste qu’il s’agisse de la dernière étape pour nous au Brésil sur cette partie de la tournée. J’ai vraiment apprécié ma période au Brésil et les fans là-bas sont merveilleux. J’ai trouvé l’expérience très différente et des cultures uniques dans tout ce magnifique pays. Mais je suppose que toutes les bonnes choses doivent avoir une fin… jusqu’à la prochaine fois. Mais pour le moment, me voici à Curitiba !

DSCN7227

Quand nous sommes arrivés à l’hôtel, j’ai fait mon tour habituel pour distribuer au groupe les événements presse des prochains jours. Quand je suis arrivé à l’étage de Bruce, j’ai vu Jeff devant une porte ouverte et entendu un rire venant de l’intérieur de la chambre. Je suis entré et John, Jeff et Bruce étaient en train de regarder de vieux clips vidéo de Van der Graaf Generator sur un ordinateur portable. Je ne les avais jamais entendus avant et j’ai certainement besoin d’y jeter un oeil.

Plus tard dans la soirée, Bruce, le producteur Kevin Shirley, John, des gars de Banger Films et moi sommes allés dans un restaurant appelé Badida pour diner d’un steak. Le repas a été incroyable mais je crois que j’ai mangé trop de viande rouge au cours de ce voyage et j’avais sérieusement envie de fruits et de salade mais j’ai réussi à rester dans les rails. Malheureusement je ne pouvais pas traîner le reste de la nuit parce que j’avais une journée pleine d’interviews pour Nicko, Bruce, Steve ET Adrian et je devais m’assurer que tout se déroulait sans anicroche. En plus, je pense vraiment que la tournée et le manque de sommeil commencent à me rattraper. Encore une fois, je suis nouveau à ce niveau de voyage permanent et de soirées tardives et ça commence vraiment à se retourner contre soi après un certain temps. J’ai besoin d’une bonne nuit de sommeil alors je suis rentré à l’hôtel avec Bruce et Kevin et je me suis couché.

Le lendemain, je suis arrivé à l’Expotrade un peu tôt pour trouver un bon endroit pour les interviews filmées avec Steve et Bruce avant qu’ils arrivent. Nous avons fini par interviewer Bruce dans le fond de la scène, caché de la foule pour ne pas qu’ils commencent à chanter et à noyer le son. Après l’interview, Bruce s’est mis debout sur l’escalier derrière le rideau, la foule a rugi instantanément. Le public d’Iron Maiden est très attentif ! Bruce s’est mis à rire, a monté l’escalier et a levé son chapeau un peu au dessus du rideau de sorte que c’était tout ce qu’on pouvait voir du côté du public et les fans sont devenus fous. C’était assez comique. Peu après, Steve s’est finalement assis pour faire son interview. Il est toujours bien pour ces choses et toujours patient. Après environ 30 minutes c’était fini et Steve est allé se préparer pour le concert et je suis parti accomplir mes autres taches sur le site.

Motorocker, qui ouvraient le concert, étaient vraiment bons. Ils m’ont rappelé beaucoup de vieux AC/DC et ont même fait une reprise de « Let There Be Rock. » Le public semblait vraiment apprécier aussi. Je suis resté à l’avant pour voir presque tout leur set. Un bon groupe de rock.

DSCN7260

Je ne sais pas pourquoi mais j’aime toujours quand UFO sort de la sono. Je suppose que c’est parce que peu importe le pays dans lequel nous sommes, les fans savent que Maiden sont sur le point de monter sur scène et l’excitation s’accroit vraiment. On peut également vraiment voir la connexion entre le groupe et les fans quand ils commencent. Et quand Maiden jouent, ils ne jouent pas seulement pour vous, ils jouent aussi avec vous. On se sent toujours comme si on était une partie du concert. Ca fait toujours se dresser mes cheveux sur ma tête à chaque fois. Et ce n’est pas parce que je suis sur la route et qu’ils n’ont pas eu de soins appropriés depuis presque trois mois !

DSCN7262

Avant cela, le plus proche de Curitiba où je suis allé, sans parler du Brésil, a été en regardant « Flight 666 » et maintenant j’y suis en personne ! A la moitié du set, je suis allé derrière pour voir le show avec les autres fans. J’ai regardé impressionné Bruce courir d’un bout de la scène à l’autre et vice versa. Je suis toujours étonné de la quantité d’énergie qu’il a à la fois sur et hors scène. Pendant le set, un retoiur sur le côté soufflait sur la scène mais la performance du groupe n’en a pas été affectée et on ne l’aurait jamais remarqué si Bruce ne l’avait pas mentionné. Spoiler Alert ! Le solo de Dave sur « When The Wild Wind Blows » a été parfait dans le sens où il a couvert cette poisse. Son solo est toujours l’un de mes moments préférés du concert. Le lendemain, nous sommes partis pour une nouvelle aventure en Argentine (et après Santiago) où nous allons tourner le DVD live. La pression est sur Buenos Aires !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.