Tournée The Final Frontier 2011 – Le journal de bord

The Final Frontier Europe Tour 2011

Traduction du journal de bord de Rod Smallwood et Todd Nakamine publié sur le site officiel d’Iron Maiden

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 36104 fois

Faro
Par Mary, publié sur le site officiel d’iron Maiden le 2 aout 2011

 

Après les compte-rendus de Rod, Todd et Hojo… celui de Faro m’est échu, à moi Mary. Juste pour que vous sachiez qui je suis et pourquoi j’ai été lancée sur une chronique… Je travaille pour Rod dans les bureaux du management d’Iron Maiden. J’ai eu le plaisir de rencontrer beaucoup d’entre vous ces dernières quelques années, surtout sur les vols de la Bruce Air pendant la tournée Somewhere Back In Time. Avant de travailler ici, j’étais à EMI International où j’avais la chance de travailler non seulement sur les projets Maiden mais également sur beaucoup d’autres du gros catalogue de groupes de rock d’EMI comme Deep Purple, Thunder, UFO et Jethro Tull.

Quoiqu’il en soit… retour au présent… et Faro…  J’ai pris un vol Easyjet au départ de Gatwick, arrivant le soir précédent le concert du jeudi. L’hôtel était directement face à la mer. Un bel emplacement. Rod et le groupe s’étaient installés là depuis qu’ils avaient quitté la Russie en début de semaine. C’était l’une de ces quelques périodes durant la tournée où ils avaient la chance d’avoir quelques jours libres entre les concerts. Je n’ai pas été surprise de découvrir deux accueils à la réception de l’hôtel, l’un pour les clients « normaux » et l’autre pour les clients « Golf ». Je pressentais que je ne verrais pas grand monde pendant mon séjour… et ça s’est avéré complètement faux quand je suis arrivée dans ma chambre, que j’ai ouvert les portes du balcon donnant sur la verdure et que j’ai vu Nicko et Dave passer dans un buggy de golf ! Au moins je savais que j’étais au bon endroit.

Jeudi, jour de concert. Je suis partie avec Gaddsy pour le Meeting Moto de Faro à midi. L’hôtel était à environ 30 minutes en voiture du site du festival et Gaddsy voulait vérifier la route de façon à ce que lorsque le groupe arriverait plus tard ce jour-là, il soit certain qu’il ait un voyage tranquille. Le promoteur avait tout complètement en main et Gaddsy est rentré à l’hôtel heureux. J’ai décidé de rester sur place pour faire un tour. J’étais curieuse de voir en quoi ce festival différait des festivals de musique. Tout d’abord, et bien évidemment, il y avait des motos. Des centaines de motos. Des milliers de motos. Convergent de toute l’Europe et d’au-delà sur ce terrain poussiéreux d’un coin de l’Algarve. C’était un spectacle en soi de tout simplement les regarder arriver. Les motos elles-mêmes étaient des œuvres d’art, de belles machines conduites par des motards invétérés.

faro_bikes_2011_02

faro_bikes_2011_05

En second lieu, il y avait la mise en place du Festival. Il était très bien organisé. Le camping était dans un champ, le site du festival dans le champ voisin. L’entrée du site du festival était gérée par le club de moto local qui accueillait joyeusement tout le monde sans aucune fouille corporelle ou vérification de sac. La plupart des festivaliers étaient là pour les quatre jours entiers, les gens arrivaient, plantaient leurs tentes et se dirigeaient directement vers le site du Festival. Des amis qui vont tous les ans à un Meeting de motards m’avaient dit qu’il y avait très peu de criminalité ou de vol et que les gens pouvaient laisser leurs affaires en toute sécurité dans leurs tentes sans aucun risque d’en être soulagés. En plus, c’est le Portugal, il fait si chaud, et tout le monde est tellement avachi, je ne pense pas que les voleurs auraient l’énergie d’aller chaparder. Peut-être que nous devrions avoir plus de festivals de Clubs de Motards…

A l’intérieur, le site avait été aménagé un peu comme un Sonisphere ou un Donington. La scène à un bout, des tentes de bière sur le côté, des commodités largement suffisantes, des stands en périphérie, etc. La seule grande différence était une énorme sculpture de sable d’Eddie – c’était la première chose qu’on voyait quand on entrait dans le champ et elle était très impressionnante !

iron_maiden_faro_2011_046

Les organisateurs avaient également eu la bonne idée d’installer de nombreuses places assises couvertes (vendant aussi de la bière – les Portugais pensent à tout) à l’arrière du terrain afin que les gens puissent discuter sans attraper une insolation. Toutefois, afin de pouvoir vous rapporter cette chronique, j’étais comme les chiens fous & les Anglais(es) qui sortent au soleil de midi*. Je suis allée me promener autour des stands. De loin, ils ressemblaient aux stands habituels de vente de t-shirts, bijoux, chapeaux, etc. Ce n’est que de plus près que j’ai remarqué au milieu de la rangée, un stand en retrait arborant les mots « Sadomasochisme – Inscrivez-vous ici ». Même dans la chaleur torride d’une journée à Faro, je peux témoigner qu’il y avait une queue… il semble que ces motards ne soient pas que des grandes gueules, si vous voyez ce que je veux dire. J’ai aussi remarqué un stand vendant des ceintures en cuir, des chapeaux, des jeans coupés, etc, avec une minuscule dame assise derrière un cercueil de taille normale qui lui servait de table pour sa bière et sa caisse enregistreuse. J’allais prendre une photo, mais comme tout le monde semblait ne pas s’étonner, j’ai décidé que ça pourrait paraitre un peu déplacé. En plus elle ne semblait pas être gênée par sa très petite taille. J’ai donc acheté un porte-clé en faux serpent et j’ai continué mon chemin.

C’était assez étrange de se promener dans ce lieu car, bien qu’il y avait un très grand nombre de gens en t-shirts Maiden, je gardais à l’esprit qu’il s’agissait avant tout d’un festival de motards et que nous étions les invités. Je n’ai pas ressenti ça depuis longtemps… au moment où le soleil se couchait, les lumières se sont éteintes et Maiden sont montés sur scène, il n’y avait aucun doute quant à qui appartenait ce champ.

iron_maiden_faro_2011_098

L’endroit était bondé et tout le monde était bien dans l’esprit de la situation. Il y avait aussi une magnifique pleine lune qui ajoutait à la théâtralité de l’événement entier ; lorsque 30000 personnes ont commencé à chanter Fear Of The Dark – qui semblait un favori particulier de la communauté motarde – même s’il faisait encore très chaud, j’avais la chair de poule sur mes bras et ma nuque. Et ce n’était pas à cause de mon point de vue avantageux du bar mobile, hissé par une grue et se balançant dangereusement 30 mètres au-dessus du sol !

iron_maiden_faro_2011_075

Je me sentais tellement privilégiée d’être là, au sein de cette merveilleuse fraternité, ensemble debout côte à côte dans un champ à regarder Maiden donner le meilleur, avec la foule le leur rendant, et tout. Je recommande absolument à quiconque sera en Algarve en 2012 de tester ce festival excentrique, fou, convivial. Steve Harris a dit qu’il avait toujours voulu jouer au Meeting de Motard ayant rencontré les gars du club MC par leur ami commun Manu Da Silva, le dernier responsable du Eddie’s Bar à Faro. Manu était un grand ami non seulement de Steve, mais du reste du groupe également et lorsqu’il est malheureusement décédé il y a quelques années, Steve a estimé que jouer au Festival Moto serait un bel hommage. Comme il avait raison. La fusion entre les motards et les fans de Maiden, et le groupe au sommet de sa forme, a fait de ce spectacle une expérience réellement inoubliable. Je me plais à penser que Manu a observé d’en haut tout le processus avec un grand sourire et un sentiment de grande fierté.

*Ndt : Chanson de Noël Coward : « Mad Dogs and Englishmen » surtout connue pour le vers « Only Mad dogs and Englishmen go out in the midday sun » (http://www.youtube.com/watch?v=QCCqaQ-OPPo). L’origine de cette expression est due à Rudyard Kipling décrivant le délire produit par le soleil en Inde : « seuls les chiens fous et les Anglais sortent au soleil de midi ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.