Tournée The Final Frontier 2011 – Le journal de bord

The Final Frontier Europe Tour 2011

Traduction du journal de bord de Rod Smallwood et Todd Nakamine publié sur le site officiel d’Iron Maiden

par musky00

Laisser un commentaire
Lu 36090 fois

Brisbane et Sydney

Par Todd Nakamine, publié le 28 février 2011 sur le site officiel d’Iron Maiden

Le 25 février était un jour sans concert donc j’ai décidé d’aller à Manly Beach en ferry avec Dickie et Janick. Ca faisait du bien de sortir un peu de la chambre, de faire une pause dans le travail et de voir un peu de Sydney. Ca aurait été du gâchis si je ne l’avais pas fait. Je voulais aussi vraiment prendre quelques photos du pont de la baie de Sydney et de l’Opéra de Sydney.

Australie 2011 - Diary

L’Opéra de Sydney est un chef-d’œuvre de l’architecture moderne tardive. Il est admiré internationalement et très prisé des Australiens. Il a été créé par un jeune architecte qui a compris et reconnu le potentiel offert par le site avec en toile de fond éblouissante la baie de Sydney. Le Danois Jørn Utzon a donné à l’Australie un challenge, une pièce gracieuse de sculpture urbaine dans un motif à carreaux qui scintille dans la lumière du soleil et illuminé la nuit. Jørn Utzon est mort à Copenhague en Novembre 2008 à l’âge de 90 ans.

Australie 2011 - Diary

Dans sa courte vie, l’Opéra de Sydney a gagné la réputation d’un centre artistique de renommée mondiale et est devenu un symbole à la fois de Sydney et de la nation australienne.

Bien sûr, avant notre départ, j’ai réalisé que j’avais oublié mes pilules contre le mal de mer mais j’ai décidé d’y aller quand même. C’est principalement parce que Dickie ne m’aurait pas laissé revenir en arrière pour les prendre et aussi parce que Janick pensait que ça pourrait faire une belle photo si j’étais malade. Pas de souci. Tout va bien. Désolé Janick, peut-être la prochaine fois. Bien sûr, alors que nous quittions le quai, un fan pilotant l’un des bateaux a ouvert sa fenêtre et a commencé à crier à Janick. Janick a souri poliment et s’est déplacé. Sur le trajet en ferry vers Manly Beach, nous avons engagé la conversation avec une gentille vieille dame assise à côté de nous qui nous a parlé un peu de Manly Beach et des choses intéressantes à voir sur le chemin. C’était un vrai régal d’entendre Janick expliquer dans quel groupe il était lorsque elle l’a demandé. À un moment, elle a montré ce petit bâtiment au milieu de la rivière qui était autrefois une maison de correction pour les criminels envoyés par l’Angleterre.

Australie 2011 - Diary

Le peuplement de Sydney a commencé par l’implantation d’une colonie pénitentiaire, avec un total de 568 hommes et 191 femmes prisonniers avec 13 enfants, 206 marins dont 26 femmes et 13 enfants, et 20 employés ayant fait le voyage. Le total de la population condamnée cette année-là était de 730 personnes, dont 413 sous traitement médical. En fait, les colons libres n’ont commencé à arriver qu’en 1793.

Australie 2011 - Diary

Après 30 minutes, nous sommes arrivés à Manly Beach et avons fait une belle et relaxante promenade sur la plage avant de nous arrêter pour manger. Sur le chemin, Janick a été arrêté par des fans très excités pour quelques photos et des autographes. L’un d’entre eux portait même un tee-shirt Iron Maiden ! Janick s’y est plié gentiment et nous avons poursuivi notre chemin, mais pas avant que l’un d’entre eux ne reçoive les reproches de Dicky car il avait les mains dans ses poches ! Sans blague ! « Les mains hors des poches ! » J’en ai été victime à plusieurs reprises. Voir ci-dessous.

Australie 2011 - Diary

Comme Ed Force One devait partir la veille au soir pour la mise en place de la salle, par nécessité nous avons dû prendre un avion privé. Cette fois, nous étions dans un Citation II parfaitement adapté à nous emmener tous les sept (Rod, Bruce, Ian, Dickie, Barry, John Jackson et moi-même). Je dois admettre que, n’ayant pas l’habitude de voler dans quelque chose d’aussi petit, j’étais un peu nerveux. Particulièrement durant le décollage et l’atterrissage. J’ai vraiment commencé à regretter le sentiment de sécurité de voyager à bord d’Ed Force One. Une fois en l’air toutefois, j’ai pu me détendre un peu. C’était formidable de voir Bruce dans un de ses nombreux éléments. Il a passé la plupart du temps avec son commandant dans le cockpit à parler de trucs de pilotes. Rod a dormi un peu en route, Dickie, à son habitude, commençait à donner des signes d’impatience et Ian avait l’air un peu concentré, mais là encore c’est ce dont il a toujours l’air (je paierai sûrement pour ce commentaire plus tard). Nous avons atterri sains et saufs et alors que nous roulions, nous avons vu Ed Force One stationné sur le tarmac. Bruce a regardé Ed Force One par la fenêtre comme un père fier. Après l’atterrissage, nous avons rapidement sauté dans les voitures qui attendaient et nous sommes allés directement sur le site du festival Soundwave, ayant peu de temps à perdre.

Qu’est-il arrivé à la brise fraîche qui nous avait accueillis lors de notre première arrivée en Australie ?! Oh bien, au moins, c’était la chaleur sèche à laquelle je suis habitué. J’ai erré un peu pour me familiariser avec le site et m’assurer que je savais où se trouvait la scène principale et le meilleur itinéraire pour m’y rendre. C’était bien aussi de voir des visages familiers des États-Unis comme Slayer, Rob Zombie et Split Media. C’était une petite touche de chez-soi pour moi. Rappelez-vous, il se passera du temps avant que je rentre chez moi donc c’est bon de voir de vieux amis. J’ai passé la plupart de mon temps à courir pour aider le groupe à organiser quelque chose pour un organisme de bienfaisance de Nouvelle-Zélande. Le groupe a beaucoup d’amis et de fans en Nouvelle-Zélande et font don de diverses choses pour aider les victimes du séisme.

Il y avait un couvre-feu tôt ce soir-là, car il s’agissait d’un concert en plein air, de sorte que le groupe passait à 20 heures. C’était la première fois que Maiden jouait au Soundwave et c’était le premier de cinq concerts sold-out avec 46500 fans attendant sous le soleil brûlant pour les voir. Le groupe est monté sur scène à 20h devant une mer de fans chauffée au soleil, qui étaient fermement plantés là toute la journée pour être au meilleur endroit possible. Cela s’est terminé par un spectacle très étrange avec de nombreux problèmes.

Australie 2011 - Diary

Tout d’abord, pendant le concert, Barry (le directeur de notre merchandising pour Global Merchandising et un très bon ami de Rod et du groupe) a descendu l’échelle du niveau supérieur des éclairages au niveau de la régie son et a accidentellement mis le pied dans un trou du plancher et s’est gravement blessé le pied. Il s’est cassé le talon, ce qui est très grave, et il doit subir une opération aujourd’hui (lundi). Il espère rentrer chez lui à la fin de la semaine, ce qui dépend du résultat de l’opération, mais il aura des béquilles pendant quelques mois. Dans une ville et un pays devenant de plus en plus obsédé par la santé et la sécurité et tout ça, c’est étrange de voir ceci arriver.

Puis, lors du « Iron Maiden » terminant le set, Eddie a fait une chute sévère (non, il n’était pas sorti la veille !) et avec des pièces endommagées, il ne pouvait pas monter sur scène ce qui, à ma connaissance, est peut-être la toute première fois (Rod ?). La Krew m’a fait dire qu’il était tombé quelques fois sur scène dans le passé mais pas pour longtemps et jamais avant de monter sur scène. Donc les fans de Brisbane sont malheureusement les tous premiers, je crois, à être privé de l’apparition d’Eddie sur scène et tout le monde se sent mal à ce sujet mais il n’y avait pas grand chose à faire. La Krew envoie ses excuses aux fans là-bas.

Le plus gros problème a été le son. Je ne suis pas familier de la plupart des termes que j’ai entendus dans les conversations, mais il semble que la Santé et la Sécurité et le conseil municipal étaient paranoïaques à propos des oreilles de leurs jeunes donc ils ont fixé une limite de son ridicule, dont notre équipe pense qu’elle a été mal définie au début, car basée sur les bruits industriels. Cette limitation est en place dans certains endroits dans le monde et je me souviens avoir lu quelque chose à ce sujet dans les journaux de Rod, mais c’est un niveau différent et cela peut avoir nui à l’appréciation du show pour certains, surtout ceux qui étaient vers l’arrière. Chaque groupe pendant toute la journée a dû faire avec mais bien sûr, la plupart d’entre eux n’avait pas un public de la taille de celui de Maiden ce soir-là donc la distance que des niveaux sonores décents devait parcourir était bien meilleure dans ce cas. Il n’y avait pas d’effet de delay. On se demande où va le monde quand les édiles d’une ville veulent interférer dans le plaisir de milliers de leurs concitoyens avec une différence de quelques dB dont le reste de la planète est satisfait. Si j’étais un fan de rock à Brisbane, je me déplacerai à Sydney où, comme ci-dessous, le conseil a été bien plus rationnel, moins paranoïaque et LE REGLAGE CORRECT ! Mais malgré cela, les journalistes ont certainement apprécié le spectacle comme vous pouvez le voir ci-dessous

Brisbane Times

Après la dernière chanson, le groupe et le management TRES énervés se sont entassés dans les voitures en attente et sont partis à l’aéroport afin que nous puissions décoller à une heure décente de façon à ce que les gars puissent se reposer et faire de leur mieux le lendemain. Rod était particulièrement pressé de rentrer à notre hôtel de Sydney à cause du match de rugby diffusé en direct du Royaume-Uni qui commençait vers 2h du matin. Apparemment, c’était un grand match, je suis Américain et je sais peu de choses sur le sport, Angleterre vs France et je pense que l’Angleterre a gagné puisque le mot a passé rapidement dans notre camp que Rod était de bonne humeur le lendemain malgré les événements de Brisbane !

Bien sûr, la Killer Krew est restée pour emballer, charger, voler et mettre en place à Sydney le lendemain. Note pour les fans, si vous voyez la Krew, tirez-leur votre chapeau. Ils étaient aussi tous de bonne humeur bien qu’ils aient travaillé toute la journée sous le soleil.

Dans la matinée, il y a eu un rush pour en faire le maximum avant d’aller sur le site du festival. EMI présentait le groupe avec un prix très spécial pour des ventes de plus d’un million d’albums au cours de leur carrière uniquement en Australie, un fait rare selon Mark Poston, le président d’EMI. J’ai rejoint Emma d’EMI pour l’aider en rassemblant 14 personnes et les préparer, ce qui n’est jamais facile, pour la photo de groupe. EMI est une bonne boîte. Ce que j’ai remarqué à propos des fans australiens et des gens en général est qu’ils sont VRAIMENT polis et amicaux.

Après que tout ait été pris en charge en coulisses, j’ai vite couru à la fosse pour aider Zeb avec les photographes et avoir un aperçu du public à l’avant. Waouh ! Les fans étaient vraiment excités ! Je suppose que je le serais aussi, attendant toute la journée en tenant ma place près de la scène et Maiden étant sur le point d’arriver. La foule était l’une des meilleures à ce jour. Une mer de jeunes criant à tue-tête alors que le groupe montait sur scène.

Australie 2011 - Diary

A nouveau il y avait une limite de dB ici, mais elle était bien supérieure à celle de Brisbane et n’a causé à Doug, notre ingénieur du son, aucun problème du tout. Le résultat en a été que le site a été secoué. Eddie avait été complètement remis, la foule était géniale, le groupe avait un son vraiment bon sur scène, voilà un vrai concert. Un gros soulagement après la nuit précédente.

Après le rappel, nous nous sommes entassés dans nos voitures et nous sommes retournés à l’hôtel. Je n’avais pas encore dîné et donc je suis allé à la crêperie On The Rocks pour prendre des crêpes aux myrtilles et de la crème glacée (rester en bonne santé est important lors de tournées) et après j’ai été appelé au bar en face de l’hôtel où Rod, Janick, Bruce, Nicko et Gaddsy se trouvaient. Le bar était aussi rempli de jeunes gens en excellente forme physique, beaucoup d’entre eux ont demandé des autographes et des photos avec le groupe. Je n’étais pas là pour essayer de jeter ces gars dehors et c’est une bonne chose. J’ai découvert qu’ils étaient des Cage Fighters et qu’il y avait eu un grand tournoi dans la ville ce jour-là donc qu’ils étaient tous là pour la fête ou pour noyer leur chagrin – on peut en général le voir à leur visage ! C’était un groupe de personnes très polies et amicales et, heureusement, il semble qu’il n’y ait pas de rancune sortie de la Cage !

Nous avons quelques jours d’affilée sans concert jusqu’à Melbourne le 4 mars pour le show numéro 3 du Soundwave, donc on se revoit dans quelques jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.